Expo : des trésors à la bibliothèque

La bibliothèque de la Part-Dieu propose actuellement et jusqu’au 23 août “Trésors”, une présentation de ses archives cachées. Elle réaffirme ainsi l’importance des bibliothèques et du patrimoine, alors que Lyon s’apprête à accueillir le 80e congrès de la Fédération internationale des associations des bibliothécaires et des bibliothèques.

Les reliures dorées brillent au centre de l’espace d’exposition de la Part-Dieu. 83 pièces exhumées des coffres de la bibliothèque y sont exceptionnellement offertes aux regards. 83 “trésors” – des manuscrits bien sûr, dont le plus ancien date du VIe siècle, mais aussi des imprimés, des vinyles (sélectionnés parmi les 100 000 que possède la BM), des photographies…

Les quinze “sélectionneurs” qui ont travaillé pour l’expo ont pioché dans un fonds comptant pas moins de 2 millions d’œuvres. Parmi leurs critères, “il y avait le public”, nous explique Yann Kergunteuil, un des commissaires de l’exposition.

Devant vous, l’histoire !

L’objectif : faire une “photographie” des archives de la bibliothèque, habituellement entassées dans le silo, le gros bâtiment marron en face de la gare. Pour Yann Kergunteuil, “ces documents ont intérêt à être conservés, parce que la vie de chaque livre, c’est la vie de la bibliothèque”. C’est pour cela que, pour chaque œuvre, les bibliothécaires ont tenu à inscrire sa provenance. Le Pentateuque, première version latine de la Bible, a été ainsi confié aux collections municipales après la Révolution, en 1803.

Le visiteur chemine dans l’exposition “comme sur un fleuve” : d’un côté, les textes religieux, de l’autre les textes scientifiques. Les collections chinoises côtoient le fonds sur la Première Guerre mondiale, la photographie est associée au détour d’une salle à la gravure et la reliure… Et l’on peut partout s’arrêter devant une vidéo de présentation des œuvres par différents scientifiques ou écrivains, tel le romancier lyonnais Alexis Jenni.

Des trésors “à partager”

L’exposition, bien que programmée à l’occasion du congrès des bibliothécaires, ne s’adresse pas seulement à la profession. L’idée, selon Yann Kergunteuil, c’est de “parler de la bibliothèque à tous, à travers une sélection de trésors à partager”. Pour cela, la bibliothèque municipale de Lyon a tenu à mettre son exposition en ligne, afin de cibler les publics “empêchés”. Elle a également organisé des visites pour malentendants, et n’oublie pas les plus jeunes auxquels une salle est entièrement dédiée : le Petit Chaperon rouge y est revisité en livres ou en images.

“Le public, c’est le sens de notre métier”, affirme Yann Kergunteuil, également bibliothécaire. A-t-il déjà eu des retours sur l’exposition ? “Oui. Le public ne pensait pas qu’il y avait tout ça. Certaines personnes m’ont dit que c’était une exposition qui faisait du bien.” On pourra continuer à se “faire du bien” à la bibliothèque jusqu’au 23 août. À la rentrée, c’est une exposition sur la Première Guerre mondiale qui succédera à ces Trésors.

Trésors – Jusqu’au 23 août, à la bibliothèque municipale de la Part-Dieu (Lyon 3e), entrée libre et gratuite. Attention : horaires d’été !
à lire également
Aperçu des expositions à voir en décembre 2018 à Lyon (montage)
Ce mois-ci, on voyagera dans le temps, avec de jeunes artistes tout juste sorties des beaux-arts, deux peintres nés dans l’entre-deux-guerres et un empereur dont on ne connaît souvent à Lyon que la table. Mais aussi dans la géographie, d’un Sud fantasmé aux Fidji de visu pour finir à Annemasse. Bonne route.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut