Fête des lumières 2016 Saint-Jean 1
© Elise Anne

Du 23 février au 11 mars, Lyon va illuminer Montréal

Après Quito et Bogota à l’automne dernier, la ville de Lyon va participer à la mise en lumière de Montréal du 23 février au 11 mars prochain.

Pour son festival en Lumière qui célèbre le 375e anniversaire de la ville, Montréal a choisi de mettre à l'honneur la ville de Lyon à travers de thématiques bien lyonnaises : la gastronomie et la lumière.

Un parcours en lumière nommé Illuminart a été imaginé et conçu en collaboration avec l’équipe lyonnaise de la Fête des Lumières. En tout, 6 œuvres seront présentées du 23 février au 11 mars prochain.

La liste des oeuvres :

  • Évolutions de Yann Nguema et d’EZ3kiel, une épopée lumineuse de pixels et de lasers projetée sur la façade de l’Église Saint-James. Cette installation projetée en décembre dernier sur la Cathédrale St Jean a connu un immense succès.
  • La Bétonnière boule à facettes de Benedetto Bufalino et Benoit Deseille, un détournement insolite et audacieux d’un camion-bétonnière en boule disco géante, qui invite les passants à une fête improvisée à ciel ouvert.
  • L’Éléphant rouge de Bibi illuminera la Promenade des Artistes avec ses centaines de lumières LED et de bidons polyéthylènes recyclés.
  • Keyframes du Groupe Laps mettra en scène des dizaines de personnages lumineux qui viendront envahir l’espace urbain en lumière et en musique.
  • La sculpture vidéo monumentale et interactive, Face de Thomas Voillaume et Florian Girardot permettra au spectateur jouer avec son image et son identité en 3D.
  • Une centaine de tubes lumineux composeront Bamboo, l’étrange forêt lumineuse de Christophe Mayer dans les Habitations Jeanne-Mance.
à lire également
Cathy Bouvard, aux Subsistances, en octobre 2018 © Tim Douet
Depuis quinze ans à la tête des Subsistances, Cathy Bouvard s’est vu proposer un défi qui ne se refuse pas : les Ateliers Médicis, dont l’ambition est rien de moins que de transformer par la culture la ville de Clichy-sous-Bois et de faire émerger des artistes qui ne soient pas “du sérail”. Une des fondatrices de Lyon Capitale tire donc sa révérence et dresse à cette occasion le bilan d’une ville qui a muté. Avec la crainte qu’elle ne se re-quenellise…
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut