Final du défilé de la Biennale de la danse 2014, place Bellecour © Stéphane Rambaud
Final du défilé de la Biennale 2014 © Stéphane Rambaud

Défilé de la Biennale : les chars découpés pour entrer à Gerland

Le maintien de la Biennale de la danse de Lyon nécessite des accommodements artistiques et techniques. Des transformations sont en cours pour accueillir cet événement et ses participants au stade de Gerland, le 18 septembre.

"Aujourd'hui est un jour joyeux car le défilé n'est pas annulé", se réjouit Dominique Hervieu, la directrice artistique de la Biennale de la danse. La nouvelle est tombée aujourd'hui : malgré un contexte sécuritaire critique, le défilé aura bien lieu. Traversant habituellement les rues de Lyon, il sera cette année cantonné au stade de Gerland.

Ce nouveau lieu nécessite des adaptations. Comment les grands chars du défilé pourront-ils rentrer dans le stade ? En étant transformés. Quatre chars ont en effet été découpés afin de permettre leur passage sous le porche du stade. Un grand robot du défilé s'est ainsi vu se faire couper la tête afin de réajuster sa taille.

Un accommodement est également prévu pour la musique. Provenant habituellement de chaque char, elle sera cette année diffusée dans l'ensemble du stade par les haut-parleurs afin d'éviter le vacarme et de permettre aux spectateurs de profiter du spectacle.

Une fréquentation limitée en termes de place

Les organisateurs ne peuvent cependant pas agrandir les gradins du stade et seules 36 000 à 40 000 personnes pourront pénétrer dans l'enceinte pour assister au défilé. Une billetterie sera à cet effet mise en place à partir du 7 septembre. Les spectateurs pourront y réserver gratuitement leurs tickets, seul moyen d'entrer dans le stade. Ceux qui n'auront pu obtenir leur billet pourront tout de même profiter du spectacle en direct sur France 3.

Pour Dominique Hervieu, c'est un "désir fort de faire la fête ensemble" qui pousse tous les artistes et les organisateurs à trouver des solutions pour que cet événement puisse avoir lieu. “Ensemble” est d'ailleurs le thème de la Biennale. La directrice artistique espère aussi de tous de la "bienveillance", car les changements tardifs d'organisation de ce colossal événement donneront peut-être lieu à quelques approximations.

à lire également
Cathy Bouvard, aux Subsistances, en octobre 2018 © Tim Douet
Depuis quinze ans à la tête des Subsistances, Cathy Bouvard s’est vu proposer un défi qui ne se refuse pas : les Ateliers Médicis, dont l’ambition est rien de moins que de transformer par la culture la ville de Clichy-sous-Bois et de faire émerger des artistes qui ne soient pas “du sérail”. Une des fondatrices de Lyon Capitale tire donc sa révérence et dresse à cette occasion le bilan d’une ville qui a muté. Avec la crainte qu’elle ne se re-quenellise…
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut