Fort du Bruissin extérieur

Danse au fort du Bruissin : lancement de la résidence de Davy Brun

Après l’arrêt en 2014 du festival de jazz qui s’est longtemps déroulé au fort du Bruissin, la municipalité de Francheville a décidé de réinvestir ce haut lieu militaire pour le transformer en Lab’Art et y accueillir des artistes en résidence. C’est le chorégraphe Davy Brun qui l’inaugure, avec un projet autour de la danse. Lancement samedi 23 janvier.

Fort du Bruissin, à Francheville © DR

Le fort du Bruissin.

Le fort du Bruissin, à Francheville, devient un laboratoire de création artistique. L’objectif est d’accueillir en résidence un artiste, de montrer son travail et d’impliquer le public dans la découverte, l’échange et la pratique de l’art sous toutes ses formes.

“Le Lab’Art est venu de la rencontre avec Davy Brun et de son envie de créer, explique Ingrid Deckmin, directrice des affaires culturelles à Francheville. Son travail est reconnu et avec lui nous entrevoyons beaucoup de choses. Francheville est une commune de 15 000 habitants, ce projet est local mais il concerne d’autres villes autour et pourquoi pas Lyon, d’autant que des partenaires s’y intéressent, comme le CND et le CNSMD. Nous espérons trouver des ponts avec Dominique Hervieu [la directrice de la Maison de la danse, NdlR], notamment pendant la Biennale. Francheville a eu longtemps une identité jazz, mais c’était une niche culturelle et beaucoup ici ne s’y retrouvaient pas. Nous voulons montrer qu’elle est ouverte à tous les arts vivants, et on commence par la danse parce qu’il y a une vraie volonté de partage.”

Davy Brun, un chorégraphe séduisant et fédérateur

Le chorégraphe Davy Brun © Joerg Letz

© Joerg Letz
Davy Brun.

Ancien danseur du ballet de l’Opéra de Lyon, chorégraphe néo-classique qui jongle entre le contemporain et l’esthétique de la danse classique, Davy Brun s’est lancé dans ce projet avec peu de moyens financiers et beaucoup de ferveur.

Élaboré pour un an, son programme allie résidence, création, rencontres et pédagogie. Par la suite, sa résidence sera reconduite ou fera place à un artiste d’une autre discipline ou bien encore plusieurs résidences se feront en même temps. Pour l’instant, il s’agit d’une année test pour tous les acteurs du Lab’Art.

Avoir un lieu à soi est toujours un challenge et un réconfort pour un artiste. Il lui permet de se poser, de concevoir des projets, de présenter son propre travail et d’avoir aussi une meilleure visibilité. Davy Brun le mérite, car sa danse est de qualité, et c’est une aubaine pour cette ville de l’avoir sur son territoire.

“Pour moi, confie le chorégraphe, c’est l’opportunité d’inscrire mon travail dans un endroit et de lui donner une couleur, de lier une architecture corporelle à une architecture de bâtiment. C’est avoir un chez-soi, avec une identité particulière, laisser des traces. Cela me donne la possibilité d’ancrer ma compagnie sur la région et de nourrir mon travail chorégraphique.”

Davy Brun présentera au fort du Bruissin des extraits de sa prochaine création, Cervantès, et il fera venir une compagnie luxembourgeoise qui montrera également son travail. Des conférences seront organisées sur des spectacles, dont le Giselle de Mats Ek, ainsi que des rencontres avec des plasticiens, des films et des expositions de photos de danse. Des sessions de travail gratuites se dérouleront pour les danseurs professionnels, avec restitution devant le public des œuvres créées, sous la houlette de Davy Brun.

De nombreuses passerelles vont se réaliser avec des associations artistiques (Théâtr’Art, qui fabrique des masques de théâtre, l’école de musique de Francheville...), avec les écoles mais aussi avec l’université Claude-Bernard. Le chorégraphe veut fédérer autour de la danse.

Trois bals ponctueront l’année autour de thèmes : le hip-hop (en collaboration avec Pôle Pik), le tango et les danses grecques. Le fort du Bruissin est basé à Francheville-le-Haut, à peine à 10 km de Lyon. Avis aux amateurs !

Lancement ce samedi 23 janvier – À partir de 14h.
> Réservation et programme complet sur le site de la mairie de Francheville.
à lire également
Les Habitants © Ghislaine Hamid Le Sergent
Avec la Maison de la danse, le centre hospitalier du Vinatier crée un projet artistique intégrant patients, aidants et soignants. L’objectif est la découverte de l’art chorégraphique et une réappropriation du corps par la danse.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut