Le musée Guimet deviendra les Ateliers de la danse fin 2021.

Après l'histoire naturelle : un nouvel art au musée Guimet de Lyon

Transformer Lyon en capitale mondiale de la danse, telle est l’ambition de la Ville à travers le projet de transformation du musée Guimet en un lieu de création et recherche chorégraphique à l’horizon 2021.

Comment faire rentrer le rectangle d’une salle de spectacle classique, dans le trapèze que forme le bâtiment du Musée Guimet ? Voilà la difficulté du projet auquel ont répondu les architectes Pierre Hebbelinck, Heleen Hart et Mathieu Berteloot. Du sous-sol aménagé pour accueillir les réserves de mobiliers archéologiques des services de la Ville, au plafond avec la rénovation complète de la verrière, l’ensemble du bâtiment, situé avenue des Belges dans le 6e arrondissement, sera reconverti pour un montant total de 26 millions d’euros TTC. L’État participe à hauteur de 4,5 millions d’euros HT, tandis que la région apporte 1 million d’euros HT. « Pour la ville, cela représente 15 millions d’euros HT de travaux, comme prévu dans la délibération » appuie le maire, Georges Képénékian. Des travaux de sondage des murs ont déjà été réalisés, et la livraison de l’ensemble du bâtiment est prévue pour la fin de l’année 2021.

Déjà plusieurs vies

Baptisé « Les Ateliers de la danse », ce nouveau lieu de création possède une histoire singulière à Lyon. D’un musée des religions en 1879 à un muséum d’histoire naturelle de 1913 à 2007, en passant par une patinoire au début des années 1900, le bâtiment construit par l’architecte Jules Chatron, a régulièrement évolué en fonction de l’histoire de la ville. Fermé depuis 2007, le musée Guimet devient le lieu de résidence et recherche chorégraphique qui doit permettre à Lyon de se prétendre « capitale mondiale de la danse », en lien avec la Maison et la Biennale de la danse.

Sur 9000 m2, des artistes professionnels viendront créer de nouveaux spectacles, les compagnies à l’occasion de la Biennale de la danse s’en serviront également. Le bâtiment se composera d’une grande salle pouvant accueillir en disposition debout 1000 personnes ou, en disposition représentation, 500 spectateurs sur des gradins rétractables et mobiles. Il y aura aussi deux studios, de 250 à 300 m2 chacun : un pour les artistes professionnels, un autre pour les pratiques amateurs. Ce dernier bénéficiera d’une entrée propre, afin d’accueillir scolaires, associations etc. Car le projet se veut un «  laboratoire des pratiques artistiques » selon Dominique Hervieu, directrice de la maison de la Danse. L’animation concrète de ce lieu novateur n’est pas encore définie, ni son coût de fonctionnement. « C’est un « work in progress » constant, souligne Dominique Hervieu. On retravaille un modèle économique ». Régulièrement, la salle accueillera du public à l’occasion de temps forts en lien avec les manifestations culturelles lyonnaises.

De la danse, mais pas uniquement

Dédié à l’art chorégraphique, ce site aura néanmoins une particularité : le service d’archéologie de la ville de Lyon s’installera au sous-sol et en rez-de-chaussée. Il y aura des salles d’étude, des bureaux, un service bibliothèque-documentation. Ces locaux donneront sur la rue afin que les passants puissent se rendre compte du travail effectué, en dehors des chantiers de recherches.

à lire également
La Maison de la danse – Lyon 8e
Du 15 au 21 octobre, la Maison de la danse se met à l’heure du numérique pour nous faire découvrir ce que les nouvelles technologies apportent à la danse et… au public !
d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut