Animation : Naïa, un court-métrage féerique 100 % lyonnais

Une équipe étudiante de modeleurs 3D du Studio M ont recréé la capitale des Gaules au sein de leur projet d’animation : Naïa. Le résultat est tout bonnement bluffant.

Paris et l’animation, c’est un peu le tandem gagnant. Il n’y a qu’à voir Ratatouille, le bijou des écuries Pixar, qui a fidèlement donné âme à la capitale hexagonale. Si bien que depuis les décors français de dessin-animés ne peuvent plus se dispenser d’une tour Eiffel dans leur background. Miraculous ou encore Un Monstre à Paris se sont cantonnés à la trop abusée ville lumière. Ce qui n’est pas le cas de Naïa, court-métrage d’animation étudiant. Changement brut de formule, cette fois-ci l’essentiel de l’action s’est déporté à la cité lyonnaise. Une occasion de représenter cette dernière, une ville ”trop peu représentée en cinéma d’animation” selon l’équipe derrière le projet.

À mi-chemin entre conte de fée et parcours touristique

Un peu à la mode de la fêtarde Cendrillon, Naïa doit rejoindre la Place des Jacobins avant minuit. Toutefois, point de précipitation pour la jeune fille, a contrario du conte de base. Non, elle se balade dans les artères brumeuses du deuxième arrondissement, minutieusement recréées par les étudiants du Studio M de Lyon. Du passage de l’Argue à la fontaine des Jacobins, le mini-film est d’une étonnante précision auquel est incorporé une fable minimaliste, mais universelle. Comme quoi, après Ma vie de Courgette, il se pourrait que d’autres animateurs lyonnais se fassent un nom sur le long terme…

à lire également
Cathy Bouvard, aux Subsistances, en octobre 2018 © Tim Douet
Depuis quinze ans à la tête des Subsistances, Cathy Bouvard s’est vu proposer un défi qui ne se refuse pas : les Ateliers Médicis, dont l’ambition est rien de moins que de transformer par la culture la ville de Clichy-sous-Bois et de faire émerger des artistes qui ne soient pas “du sérail”. Une des fondatrices de Lyon Capitale tire donc sa révérence et dresse à cette occasion le bilan d’une ville qui a muté. Avec la crainte qu’elle ne se re-quenellise…
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut