Le guitariste espagnol Nino Josele en concert ce samedi.

Agenda : que faire les 1er et 2 décembre à Lyon ?

Du jeu, de la déco "old school", des drones et des guitares, voici entre autres les activités qui vont rythmer ce premier week-end de décembre à Lyon.

La première édition du Old School Festival MMV

L’hiver approche, Noël aussi. Le label MMV, Marché de la Mode Vintage, organise un nouvel événement hivernal. Le Old School Festival accueille une centaine d’exposants en décoration, mode, design, le tout style « vieille école ». Animations : sessions DJ, buvette, restauration, goodies, barber, tatouages, cirage sneaker, corner gaming, rap et spectacle de danse hip-hop, swing, photo booth, ateliers bougies de Noël et broches mini trappeurs (5/12 ans). Le partenaire officiel de l’événement, le Collège Hôtel, déménagera sa cantine et salle de classe durant tout le week-end pour un retour en enfance avec une soupe de bouillon alphabet, le (vrai) hot dog ou encore le chocolat chaud au goûter. Et bien d’autres sucreries et boissons !

Infos pratiques : le samedi 1er décembre de 10h à 20h et dimanche 2 décembre de 10 à 19h à La Sucrière (Lyon 2). Prévente 5€ jusqu’au vendredi 30 novembre minuit. 6€ sur place, gratuit -12 ans. Renseignements : www.marchemodevintage.com

Des drones au Double Mixte

Une compétition de drones se déroule à l’espace Double Mixte à Villeurbanne, ce samedi 1er décembre de 15h à 23h. La Blue Cup Edition 1 propose 8h de spectacle : différentes équipes s’affronteront sur le circuit dédié. La finale est prévue en fin de soirée. Les amateurs pourront également s’initier au pilotage. La scène accueille aussi un combat de robots Sumo vers 17h et 19h (deux fois 20 minutes).

Infos pratiques : petite restauration sur place. Entrée : 13€.

Festival Les Guitares

La fin approche pour la 30 édition du festival Les Guitares, qui se déroule en plusieurs lieux de la région depuis déjà quelques semaines. A ne pas rater ce week-end, un duo entre José Maria Gallardo et le Quatuor Debussy. Aujourd’hui considéré comme l’un des plus grands artistes internationaux de la guitare classique, le musicien d'origine espagnole a déjà joué avec les plus grands. Autour d’un programme composé spécialement pour ce dimanche, les artistes mettront en lumière l’œuvre du guitariste (avec notamment la création de son quintet pour guitare et quatuor à cordes) et interpréteront des compositions de Vivaldi et de l’illustre Claude Debussy, à l’occasion du centenaire de sa disparition.

Talia [chants] – Portugal à la médiathèque du Tonkin à Villeurbanne : samedi 1er décembre à 15h.

Nino Josele [flamenco] – Espagne à l’espace Tonkin de Villeurbanne : samedi 1er décembre à 20h30. Avec Sabrina Romero –  France en première partie.

José Maria Gallardo & Quatuor Debussy  [classique] – Espagne / France à l’espace Tonkin de Villeurbanne : dimanche 2 décembre à 17h30. Le concert accueillera également les élèves du Quatuor Debussy en avant-concert : le Quatuor Bergen, à 15h (concert gratuit).

Nilda Fernandez [chanson] – Espagne / France à l’Atrium à Tassin : samedi 1er décembre à 20h30.

Informations sur la page Facebook de l’événement.

Fin de la biennale Traces 2018

Samedi 1er décembre à l’Amphi à l’Opéra national de Lyon, soirée de clôture de la biennale « Traces 2018 pour un droit à l’hospitalité ». A 18 h : ouverture des portes. Au programme trois concerts entrecoupés par deux tables-rondes. La première sur le droit à l’hospitalité à 19h15, la seconde sur les associations d’aide aux migrants à 20h50.

Les concerts : à 19h Laura Kindoki Trio (Collectif d’artistes sans frontières). Improvisation sur le texte de Patrick Chamoiseau « Lampedusa, ce que nous apprennent les gouffres ». A 20h15 : ChEmS Chanson métissée (Chems Amrouche : voix, guitares, saz – Malik Ziad : mandole, guembri, oud – Emmanuel Scarpa : batterie). De 22h et 22h45 : Concert de Tarbiya (musique touareg jouée par cinq musiciens du Niger résidant aujourd’hui en France).

Infos pratiques : renseignements sur le site de la biennale. Entrée libre, dans la limite des places disponibles. Réservation très conseillée par email : reseau.traces@gmail.com. Petite restauration payante sur place pendant toute la soirée.

Incertain Monsieur Tokbar © Hélène Builly

Théâtre : Incertain Monsieur Tokbar

Mais qui est donc Monsieur Tokbar ? Ce drôle de personnage qui circule en side-car, qui réinvente le monde à partir de cueillettes d’instants de vie ? C’est l’un des êtres poétiques né de l’imaginaire de Michel Laubu. Depuis plus de trente ans, le créateur lyonnais nous fait rêver avec les objets qu’il récupère ou qu’il fabrique. Des objets quotidiens, usagés, vieillis, on ne peut plus ordinaires : copeaux d’existences qui composent une archéologie de fonds de poches. Un spectacle à découvrir jusqu’au 1er décembre inclus au Théâtre des Célestins, à 20h (durée : 1h15).

Infos pratiques : à partir de 8 ans. Tarifs : de 9 à 38€. Renseignements sur le site du théâtre.

Dédicaces dans les Fnac de Lyon

* Jérémy Ferrari : samedi 1er décembre à 16h à la Fnac de la Part-Dieu, Jérémy Ferrari sera en séance de dédicace pour la sortie en DVD de son spectacle Vends 2 pièces à Beyrouth.

* « Les lapins crétins » : les auteurs de la bande-dessinée Les Lapins Crétins, Thitaume et Thomas Priou, présenteront leur 11e tome, intitulé Wanted le samedi 1er décembre à 16h à la Fnac Bellecour.

* Iris Mittenaere : dimanche 2 décembre à 15h à la Fnac Bellecour, Iris Mittenaere dédicacera son premier ouvrage Toujours y croire. Iris Mittenaere plonge le lecteur au cœur de son expérience d’une année en tant que Miss Univers 2016. Elle partage sa vie hors du commun, entre voyages autour du monde et rencontres exceptionnelles.

Exposition L'esprit des ruines

A partir du 1er décembre, le musée gallo-romain accueille une exposition photographique de Ferrante Ferranti. Celui-ci invite à un voyage dans les vestiges du monde pour en révéler autant la poésie et la beauté que le sens. De la Grande Grèce aux territoires déchirés par les dernières guerres, en passant par l'Empire romain, les terres évangélisées et les contrées d'Orient, les ruines des grands lieux de l’architecture antique racontent leur histoire. Photographe voyageur, Ferrante Ferranti est engagé depuis trente ans avec Dominique Fernandez dans une exploration commune du baroque et des différentes strates de civilisations. Ses photographies dialoguent avec les textes de l’écrivain, qui le définit dans l’album Itinerrances (Actes Sud, 2013) comme « l’inventeur d’un langage qui relie le soleil aux ruines, en quête du sens caché sous les formes ». Une exposition en résonance avec l'exposition « Claude, un empereur au destin singulier (Lyon, 10 av. J.-C. - Rome, 54 ap. J.-C.) » présentée au musée des Beaux-Arts de Lyon, du 1er décembre 2018 au 4 mars 2019.

Infos pratiques : Plein tarif : 4 € /7 €  ; Tarif réduit : 2,50 € /4 €. Toutes les activités du musée à retrouver sur le site.

Expo-vente solidaire

Jusqu’au 2 décembre, « Les 111 des Arts : des images pour adoucir les maux » propose une exposition-vente au profit des enfants hospitalisés à l’Institut d’Hématologie et d’Oncologie Pédiatrique de Lyon. Le concept est simple : 111 peintres, photographes et plasticiens reconnus ou émergents offrent cinq oeuvres chacun au format carré (20x20), pour proposer une remarquable exposition à l’Hôtel de Ville de Lyon. L’occasion de choisir, décrocher, s’acquitter du montant et emporter une œuvre unique, le tout au bénéfice de l’Institut d’hématologie et d’oncologie pédiatrique de Lyon

Bibliothèque de Lyon : ça joue !

Du 1er décembre au 16 mars, les bibliothèques de Lyon se mettent à l’heure du jeu, avec le projet « Tu joues ou tu joues pas ? ». L’occasion de partager des moments de réflexion et de plaisir.

Infos pratiques : tout le programme ici.

à lire également
L’opéra de Lyon et l’une de ses muses © Tim Douet
Mélange de classicisme et de modernité, l’opéra de Lyon n’est pourtant pas le premier apparu dans la ville. Comment est-il arrivé à côté des Terreaux, avec ses huit muses qui dérogent à la mythologie ?

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut