Auditorium salle et scène
© David Duchon-Doris

Rentrée fracassante à l’Auditorium de Lyon

La rentrée se célèbre en grande pompe à l’Auditorium, avec un concert d’ouverture au programme plus qu’alléchant.

Culte, frénétique, classique et perturbateur

En haut de l’affiche de cette première soirée de la saison 16-17, Le Sacre du printemps d’Igor Stravinski, œuvre culte qui provoqua le scandale à sa création et demeure l’une des pièces les plus fiévreuses du répertoire.

À ses côtés, le frénétique Short Ride in a Fast Machine, que son compositeur, John Adams, introduit ainsi : “Savez-vous l’effet que cela procure lorsqu’on vous offre une virée dans une voiture de sport sensationnelle, et que vous regrettez d’avoir accepté ?” Une musique programmatique où l’orchestre se transforme en un bolide tous gaz dehors.

Plus classique, la Rhapsodie sur un thème de Paganini, op. 43, de Sergueï Rachmaninov permettra néanmoins à Cameron Carpenter d’étrenner cette saison le grand orgue de l’Auditorium.

Enfin, le chef Leonard Slatkin – dont c’est également la rentrée – a jugé opportun d’introduire un élément perturbateur : la pièce intitulée 4’33 de John Cage, œuvre atypique que nous éviterons de dévoiler ici pour préserver l’effet escompté de cette musique conceptuelle.

Concert d’ouverture de l’ONL – Jeudi 15 septembre à 20h, à l’Auditorium de Lyon.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut