“Pique” de Robert Lepage : le spectacle d’un as du théâtre

L’un des plus grands maîtres de la scène théâtrale internationale est à l’affiche des Célestins, avec le premier volet de ses Jeux de cartes.

Cela fait plus de dix ans que Robert Lepage a présenté La Face cachée de la lune à Villeurbanne, spectacle qu’il avait écrit et mis en scène. Mais les spectateurs qui ont eu le bonheur de le voir ne sont pas près de l’oublier. C’était un éblouissement. Une réussite absolue, tant sur le fond (captivant) que sur la forme (somptueuse). Par conséquent, s’il y a une seule fois où l’on s’autorisera à utiliser la formule atrocement banale “à ne surtout pas manquer”, c’est pour le retour du Montréalais dans nos parages.

Robert Lepage revient à Lyon avec l’un de ses projets théâtraux d’envergure qui l’entraînent sur les plus grandes scènes du monde. Jeux de cartes 1 : Pique est le premier volet d’une série de quatre spectacles dont les structures, les thèmes et les personnages sont associés aux cartes à jouer. Il met en scène Las Vegas, symbole et caricature du monde occidental, et Bagdad, ville orientale alors bombardée par l’administration Bush. La pièce, qu’il a coécrite avec sept auteurs, organise la rencontre de multiples personnages évoluant dans un Las Vegas factice, où ils se retrouvent face à leurs contradictions.

Il est impossible d’imaginer à l’heure où nous écrivons à quoi ressemblera cette fresque de plus de trois heures. Mais l’on peut en revanche affirmer que Lepage, maître incontesté des effets visuels, saura l’animer avec la plus grande intensité. À ne pas rater donc.

Jeux de cartes 1 : Pique. Du 9 au 19 janvier, au théâtre des Célestins (Lyon 2e).

à lire également
Philippe Torreton dans La Vie de Galilée, de Brecht – Mise en scène Claudia Stavisky © Simon Gosselin
Entretien – La saison dernière, nous avions apprécié la formidable prestation de Philippe Torreton dans J’ai pris mon père sur mes épaules, de Fabrice Melquiot. Il revient cette semaine à Lyon pour interpréter Galilée, dans La Vie de Galilée de Brecht, aux Célestins. Le lieu, après la Comédie-Française, où il a le plus souvent joué, dit-il.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut