Lygia Pape
“Divisor”

Incarnez une œuvre d’art ce dimanche 19 octobre

“Faire de sa vie une œuvre d’art”, l’Institut d’art contemporain, associé au Rize, le prend au pied de la lettre. Ce dimanche 19 octobre, les curieux sont invités à participer à une œuvre de l’artiste brésilienne Lygia Pape.

Dans le cadre du Family Sunday et de l'exposition collective de l'étude de Villeurbanne, l'IAC se tourne vers les visiteurs : il n'est plus question de regarder une œuvre, mais de l'incarner. C'est en tout cas le pari de l'IAC et du Rize. “Activez Divisor”, rappelle bien l'invitation.

Appel à participation

Les participants sont attendus à 15h pour se mettre en place, et la déambulation commencera à 15h30. Le principe ? Un grand drap blanc dans lequel sont découpés des trous : la personne se glisse sous le drap et fait ressortir sa tête par l'ouverture (photo ci-dessus).

Le visuel est graphique, intrigant, performatif : "comme une marée humaine" qui coule et engloutit les rues.

Si les mots "performance" et "art" peuvent éloigner le cadre familial, ici, c'est justement vers les familles que se tourne l'invitation. “C'est un projet pour tous”, souligne Carine Faucher-Barbier, chargée de communication et du mécénat de l'IAC. Il faut prévoir environ 30 minutes de parcours.

En hommage à l’artiste Lygia Pape

Pionnière de l'art contemporain au Brésil, Lygia Pape est morte en 2004 à l'âge de 75 ans. Déjà amatrice des œuvres interactives en 1959, l'artiste créa son œuvre Divisor en 1968 en réunissant à Rio plusieurs communautés pour les réunir sous le drap blanc et instaurer un "tissu social" en abolissant toute hiérarchie des classes.

Elle est ce dimanche (re)présentée en hommage aux travaux de l'artiste. "C'est une manière de mettre en évidence l'artiste Lygia Pape et de lui rendre hommage", explique Carine Faucher-Barbier.

Infos pratiques :
Rendez-vous des participants à 15h au Rize, 23 rue Valentin-Hauy, Villeurbanne. Départ à 15h30.

Inscription par e-mail à c.morel@i-ac.eu ou par téléphone

04 78 03 47 76

Goûter à l'IAC après la performance, 11 rue Docteur-Dolard, Villeurbanne.

à lire également
© Pauline Roset / Fondation Bullukian (montage LC)
Dans le cadre de la Biennale 2019, la fondation Bullukian accueillait Jérémy Gobé et Andrea Mastrovito. Détournements de matériaux et de techniques, regard contemporain sur un répertoire classique, recours au mouvement du visiteur, utilisation de l’architecture comme support et mise en perspective du rapport de l’homme à la nature sont au cœur des questionnements des deux artistes. Expo prolongée jusqu’au 30 janvier.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut