Festival nuits sonores : rock n’roll attitude

NUITS SONORES. Plus que les années précédentes, le festival électro est soumis à la contamination rock. Au gré d'une programmation qui devrait conduire pas mal de monde à choper le virus.

Depuis quelques saisons que le festival s'est autoproclamé non plus seulement « électro festival » mais aussi « indie festival » - entendre « indépendant », un label qui est au rock mondial ce que la mention « agriculture biologique » est à l'alimentation, un supposé gage de qualité, autant qu'une estampille marketing – Nuits Sonores met toujours un point d'honneur à agrémenter sa programmation d'une scène rock pas piqué des décibels.

Est-ce parce que la veine indie prend le pas sur le reste depuis que le retour (réussi) du rock au début des années 2000 a conduit ce dernier à clamer « j'y suis-j'y reste » ? Toujours est-il que la programmation rock n' roll de cette édition 2010 a largement débordé le cadre syndical de la scène dédiée pour s'étaler sur toute la longueur du festival. Double satisfaction pour les amateurs de musique du diable : la qualité, toujours au rendez-vous du programme proposé par le festival, est à l'avenant de la quantité accrue de groupes proposés.

Gang of Four

Chaque nuit aura en effet sa scène rock. Ainsi la Nuit 3 scène 2 (Nuits Sonores c'est un peu comme au théâtre, sauf qu'on compte les Nuits au lieu de compter les Actes), offrira un plateau somptueux de décibels enroués et de noirceur sophistiquée avec la doublette The Raveonettes / A Place to Bury Strangers. La musique des premiers fait l'effet d'un bonbon trempé dans du goudron quand les seconds ont probablement enrichi plus d'un ORL en piétinant les mythiques plates bandes de Jesus & Mary Chain. Si ni l'un ni l'autre n'ont les faveurs de projecteurs, ils n'en sont pas moins deux des meilleures formations rock du moment.

Pas en reste, la Nuit 3 Scène 2 convoquera en plus de Trans Am, l'un des groupes les plus influents de sa génération : The Gang of Four. Formé en 1977, ce quatuor post-punk fut parfois un peu à la traîne pour récolter les lauriers trustés par d'autres. Mais quand la jeunesse des années 2000 (Franz Ferdinand et consorts) est allé fouiller dans le grimoire à mélodies et la malle à rythmiques syncopées, c'est bien le Gang of Four qu'elle est allée piller. Si l'on ajoute, à la volée, les noms de Thee Oh Sees, Almighty Defenders, The Go ! Team ou the Jim Jones Revue. Sans oublier ces bons vieux Residents. On a bel et bien là au cœur d'un événement référence de la planète électro, un mini-festival rock pas dégueu.

à lire également
Non, le vinyle n’est pas mort. Les amoureux du disque le savent bien, les DJ aussi. Pour la 6e édition du Disquaire Day, rendez-vous le 21 avril dans les boutiques participantes pour redécouvrir l’objet musical qui a de nouveau le vent en poupe. Effet de mode ou nostalgie ? Peu importe, les inconditionnels du 33 tours […]
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut