Lyon Capitale n°158
Il y a 20 ans dans Lyon Capitale – Début 1998, le Conseil d'Etat prononce l'arrêt de mort de Téo. Du moins, de sa version d'alors. Avec l'annulation du contrat de concession du périphérique nord, les contribuables lyonnais s'attendent à devoir mettre la main au porte-monnaie.
Lyon Capitale n°158
Il y a 20 ans dans Lyon Capitale – Le projet entre et sort des ordres du jour de la ville depuis plus de vingt ans. La ligne de train Lyon-Turin fait débat depuis soixante ans, l'année où le projet doit atterrir sur le bureau du ministre des transports.
Lyon Capitale n°157
Il y a 20 ans dans Lyon Capitale – Créés en 1997 à l'initiative de Martine Aubry, François Fillon les supprimera définitivement en 2002. Après des débuts cahoteux, les emplois jeunes sont victimes de leur succès dès 1998.
Lyon Capitale n°159
Il y a 20 ans dans Lyon Capitale – Elle était appelée à devenir le fleuron du nucléaire français mais n'aura finalement fonctionné que quatre ans. La centrale de Creys-Malville "Superphénix" ferme en 1998.
Lyon Capitale n°157
Il y a 20 ans dans Lyon Capitale – En 1998, alors que le monde a les yeux rivés sur Clinton qui tant bien que mal essaie de se dépêtrer d'un scandale sexuel d'ampleur international, Lyon Capitale revient sur les histoires de fesse des élus locaux.
Lyon Capitale n°157
Il y a 20 ans dans Lyon capitale – Le sujet revient souvent depuis vingt ans dans l'actualité. Si les avis divergent, il semblerait que les départements n'aient rien à craindre, au contraire.
Georges Képénékian conseil municipal juillet 2017
À peine annoncé, le retour à la semaine de 4 jours tombe déjà sous le feu des critiques. Après l'amertume des syndicats d'enseignants et le doute des parents d'élèves, c'est au tour d'EELV Lyon de faire part de son sentiment de déception sur la réforme.
Ecole primaire vestiaire Vénissieux 2014
La mairie l'a annoncé hier, la ville revient à la semaine de 4 jours. Si Georges Képénékian s'est félicité des concertations organisées et de la solution trouvée, il semblerait finalement qu'à vouloir contenter tout le monde, il n'ait contenté personne.
Les députés LREM du Rhône, en juin 2017 © Tim Douet
Trop c'est trop ! Ce mardi, le président de l'Assemblée nationale a haussé le ton sur les députés qui sèchent régulièrement les séances de l'hémicycle. François de Rugy a ainsi assuré vouloir frapper au porte-monnaie les députés peu scrupuleux sur leurs horaires de travail.
Lyon Capitale n°157
Il y a 20 ans dans Lyon Capitale – Dès 1998, la gestion permissive de l'Opéra de Lyon faisait parler d'elle. Bien avant que les notes de frais de Serge Dorny ne soient critiquées, l'Opéra de Lyon payait tout un chœur de remplaçants 2 million de francs, à ne rien faire.

Posts navigation

1 2 3 37 38 39 40 41 42 43 46 47 48