© Lyon Capitale
Édito – Du temps où il avait encore un voilier, Gérard Collomb aimait à raconter qu’il voguait en direction de Barcelone, qui a longtemps inspiré les projets qu’il imaginait pour sa ville. Sitôt élu maire de Lyon, il a emmené en octobre 2001 tout un aréopage d’élus et de patrons lyonnais, Olivier Ginon en tête, assister au Camp Nou à la défaite de la bande à Sony Anderson contre celle de Rivaldo et Kluivert (2-0). C’était l’époque où Juninho ne marquait pas encore des coups francs improbables et où la ville de Lyon aurait trouvé ridicule de se comparer à la deuxième ville d’Espagne, dont la dynamique économique et le développement urbain étaient érigés en modèle partout en Europe.
Assemblée générale des Gilets jaunes de Lyon, lundi 7 janvier, devant la Bourse du travail © Lyon Capitale
Alors qu’Édouard Philippe s’invitait au journal de TF1 pour durcir le ton, 600 Gilets jaunes du groupe Lyon-Centre se sont rassemblés lundi soir devant la Bourse du travail pour leur deuxième assemblée générale. À une écrasante majorité, ils ont voté contre la déclaration en préfecture des prochaines manifestations et pour l’amnistie générale de tous les Gilets jaunes interpellés depuis le début du mouvement. Mais ils ont aussi essayé, durant trois heures et malgré le froid, de réinventer une nouvelle forme de débat démocratique.
Vous cherchez une idée de cadeau pour les fêtes ? L’école Émile-Cohl réunit une nouvelle fois les talents qu’elle a pu former pour une séance de dédicace géante ce jeudi dès 17 heures, avec un plateau impressionnant d’auteurs. Les éditions Lyon Capitale seront notamment présentes, avec Marie Avril et Ludivine Stock.
Une Lyon Capitale 783
Il n’y a décidément pas loin du Capitole à la roche tarpéienne. Quand on a assisté au concours d’éloges que fut le dernier conseil municipal de Gérard Collomb avant son départ à Paris, et constaté la froideur de celui qui a couronné son retour, on se dit qu’en dix-huit mois bien de l’eau a coulé sous les ponts de Lyon et d’ailleurs.
Le siège d’Interpol à Lyon © Tim Douet
Interpol, l'organisation basée à Lyon élira un nouveau président ce mercredi 21 novembre, après la démission de Meng Hongwei, disparu mystérieusement en Chine (lire ici). Le Russe Alexander Rokopchuk est en lice pour obtenir cette présidence, soulevant la question de l'utilisation politique d'Interpol. En mai 2017, nous consacrions un article sur le scandale des notices rouges avec des régimes autoritaires qui peuvent les utiliser pour poursuivre journalistes ou dissidents politiques.
Il y a une part de provocation dans le titre de cet édito. Certains auront reconnu une référence à la campagne de 2008, quand, six mois avant l’échéance, Gérard Collomb s’était lâché lors d’un déjeuner de presse en proclamant : “Perben, c’est cuit !” Cela avait fait la une de Lyon Capitale, accusé par les confrères d’avoir “brisé le off”.

Posts navigation

1 2 3 4 5 6 87 88 89