Jean-Marie Ronzet, au théâtre Le Guignol de Lyon – février 2019 © Tim Douet
L’entretien “Grande gueule” de mars – Homme de culture qui ne se refuse pas les plaisirs de la table, Jean-Marie Ronzet se retrouve dans les traits de Gnafron, la marionnette à pommettes rouges et nœud papillon qui philosophe et tempère les ardeurs de son ami Guignol. Il sort de sa retraite avec son bâton pour distribuer les coups et défiler aux côtés des Gilets jaunes.
Une Lyon Capitale mars 2019
Est-ce déjà la fin du monde ? Se pencher sur le mouvement des “collapsologues” pour établir des scénarios plausibles d’effondrement de notre modèle de société dans les années à venir, en 2030 (demain pour nous) ou en 2050 (demain pour nos enfants), c’est forcément se pencher sur l’état de notre société actuelle, constater ses impasses et chercher les signaux d’espérance, ou au moins de mutation. L’impasse climatique, les Lyonnais commencent à bien la percevoir, dans une ville où la température a déjà gagné en moyenne plus de deux degrés.
Florence Porcel, au planétarium de Vaulx-en-Velin, en 2017 © Tim Douet
Florence Porcel étant aujourd’hui dans l’actualité, nous republions ici un grand entretien publié dans Lyon Capitale en juin 2017, avec son titre original.
Affiche du film documentaire “Les Accueillants”
“La solidarité, ça peut être contagieux”, la réalisatrice Sylvie Perrin en est convaincue, qui organise le 18 février à la Comédie-Odéon une projection-débat de son documentaire “Les Accueillants”.
Jean-François Ploquin (Forum Réfugiés) © Tim Douet – 2014
Entretien – Alors que le nombre d’arrivées de jeunes se déclarant mineurs continue de progresser dans l’agglomération, le directeur de Forum Réfugiés, association qui assure désormais leur évaluation à la place de la métropole, réfute que ses salariés fassent un “travail bâclé”, comme le lui reprochait l’Amie dans Lyon Capitale en décembre. Sans se défiler, Jean-François Ploquin reconnaît que la loi prévoyant la mise à l’abri de tous les mineurs n’est toujours pas appliquée à Lyon, mais il estime faire “au mieux” en attendant la concrétisation des nouvelles places promises par David Kimelfeld.
Le politologue lyonnais Paul Ariès devant la statue de la République, place Carnot, le 19 janvier 2019 © Antoine Merlet
Spécialiste des sectes et de la démocratie participative, apôtre de la décroissance et de la désobéissance civile, pourfendeur de la malbouffe et des théories véganes, Paul Ariès approche la soixantaine sans avoir quitté Lyon, ni perdu un certain goût pour la provocation. Politologue, polémiste, prof, auteur d’une quarantaine d’ouvrages (derniers parus : Gratuité vs capitalisme et Lettre ouverte aux mangeurs de viande qui souhaitent le rester sans culpabiliser), il est aussi journaliste militant, qui signe dans Golias, Politis ou Le Monde diplo, et dirige les revues engagées Le Sarkophage et Les Z’indigné(e)s. Inquiet pour la gauche aux prochaines européennes, il s’est rapproché de Nathalie Perrin-Gilbert en vue des municipales, convaincu que c’est à l’échelle des territoires que peuvent s’inventer de nouveaux modes de vie et s’amorcer la transition écologique. Notre entretien Grande Gueule de février.
© Lyon Capitale
Édito – Du temps où il avait encore un voilier, Gérard Collomb aimait à raconter qu’il voguait en direction de Barcelone, qui a longtemps inspiré les projets qu’il imaginait pour sa ville. Sitôt élu maire de Lyon, il a emmené en octobre 2001 tout un aréopage d’élus et de patrons lyonnais, Olivier Ginon en tête, assister au Camp Nou à la défaite de la bande à Sony Anderson contre celle de Rivaldo et Kluivert (2-0). C’était l’époque où Juninho ne marquait pas encore des coups francs improbables et où la ville de Lyon aurait trouvé ridicule de se comparer à la deuxième ville d’Espagne, dont la dynamique économique et le développement urbain étaient érigés en modèle partout en Europe.
Fabrice Lhomme et Gérard Davet © Vincent Chapman (montage LC)
Après Un président ne devrait pas dire ça, Gérard Davet et son complice Fabrice Lhomme signent un nouveau best-seller : une enquête sur l’islamisation de la Seine-Saint-Denis. S’attirant autant de louanges que de procès en “islamophobie”. Entretien avec l’une des grandes signatures du Monde et du journalisme d’enquête en France.
Assemblée générale des Gilets jaunes de Lyon, lundi 7 janvier, devant la Bourse du travail © Lyon Capitale
Alors qu’Édouard Philippe s’invitait au journal de TF1 pour durcir le ton, 600 Gilets jaunes du groupe Lyon-Centre se sont rassemblés lundi soir devant la Bourse du travail pour leur deuxième assemblée générale. À une écrasante majorité, ils ont voté contre la déclaration en préfecture des prochaines manifestations et pour l’amnistie générale de tous les Gilets jaunes interpellés depuis le début du mouvement. Mais ils ont aussi essayé, durant trois heures et malgré le froid, de réinventer une nouvelle forme de débat démocratique.
Vous cherchez une idée de cadeau pour les fêtes ? L’école Émile-Cohl réunit une nouvelle fois les talents qu’elle a pu former pour une séance de dédicace géante ce jeudi dès 17 heures, avec un plateau impressionnant d’auteurs. Les éditions Lyon Capitale seront notamment présentes, avec Marie Avril et Ludivine Stock.

Posts navigation

1 2 3 4 5 86 87 88