Nathalie Perrin-Gilbert au conseil municipal, le 19 novembre 2018 © Tim Douet
En 2020, Nathalie Perrin-Gilbert portera les couleurs de La France Insoumise. Après avoir conquis le 1er arrondissement en 2014, elle lorgne désormais sur la ville entière. En s’appuyant sur les Insoumis et sur des citoyens engagés associativement, elle se fixe l’objectif de “déconfisquer” une ville qui appartient aujourd’hui, dit-elle, à Gérard Collomb et à une “oligarchie politique et économique”. Entretien.
Nathalie Perrin-Gilbert, à l’hôtel de ville de Lyon – novembre 2018 © Tim Douet
À Lyon, Nathalie Perrin-Gilbert s’affirme comme le nouveau visage de la gauche. Le succès viral (1,2 million de vues sur les réseaux sociaux) de son intervention ciselée lors de la réélection de Gérard Collomb l’a confirmé. Tout comme son alliance avec La France Insoumise, très heureuse d’avoir trouvé en elle une incarnation lyonnaise de son mouvement. […]
Ce lundi soir, David Kimelfeld était l'invité de comités locaux de la République en marche en froid avec Caroline Collomb. Ils se sont visiblement bien trouvés. Une heure après les organisateurs de la soirée publiait un communiqué acerbe contre Gérard Collomb.
La maire du 1er arrondissement annonce ce lundi qu'elle s'allie aux Insoumis pour essayer de renverser Gérard Collomb aux municipales de 2020 à Lyon. Pour Lyon Capitale, elle évoque les raisons de cette alliance autour de laquelle elle lance un appel aux lyonnais qui veulent "déconfisquer" leur ville.
David Kimelfed, depuis son fauteuil de président de la métropole, tisse sa toile en participant à des rencontres politiques qui ne sont clairement pas neutres. Son cœur de cible apparaît clairement : les déçus des années Collomb.
Gérard Collomb juste après sa réélection comme maire de Lyon, le 5 novembre 2018 © Tim Douet
Gérard Collomb a été réélu maire de Lyon, ce lundi matin, avec 41 voix. C’est sept de moins qu’en 2014 et cinq de moins que le nombre d’élus de sa majorité. Plus que ces voix manquantes, ce sont les prises de parole très acérées des élus de l’opposition qui auront marqué l’officialisation du retour de Gérard Collomb.
Gérard Collomb, à l’hôtel de ville de Lyon, le 17 octobre 2018 © Tim Douet
Ce lundi 5 novembre, Gérard Collomb va redevenir maire de Lyon. Le conseil municipal extraordinaire qui doit définitivement valider le retour de l’ancien ministre de l’Intérieur ne devrait être qu’une formalité. En revanche, le nombre de voix manquantes sera scruté avec attention. Il déterminera, en partie, la réussite du retour de Gérard Collomb.
Gérard Collomb et David Kimelfeld au conseil de la métropole, le 10 juillet 2017 © Tim Douet
Jérôme Payen et Arabelle Chambre-Foa, respectivement chef et directrice de cabinet à la métropole de Lyon, ont été congédiés ce lundi par David Kimelfeld, le président de la collectivité. Il estime que la confiance est rompue avec ces deux collaborateurs fidèles à Gérard Collomb.
Ça ne ruisselle pas, ça aspire ! La construction de la métropole et son attractivité semblent s’être faites sur le dos des territoires voisins. Dans les autres grandes villes de la région, le prix de l’immobilier chute, victime du trou noir lyonnais.
L’augmentation des prix de l’immobilier à Lyon n’est clairement pas une bonne nouvelle pour les classes moyennes. Leur capacité d’achat est réduite par la hausse constante du marché et leur horizon s’écrit désormais hors de la ville centre. Où restent les très riches et les plus pauvres, éligibles au logement social.

Posts navigation

1 2 3 4 5 6 77 78 79