Étienne Blanc, au conseil régional, en mai 2018 © Tim Douet
L’alternance dans la continuité, propose Étienne Blanc à la droite lyonnaise. Tendant la main aux élus Synergies du Grand Lyon. Objectif : ramener au bercail le peuple de droite séduit par Collomb. De la région, où il fait office de président bis, Étienne Blanc plaide pour une métropole dont le développement s’appuie sur les territoires voisins.
Étienne Blanc, à l’hôtel de région, en mai 2018 © Tim Douet
En quelques mois, la possible candidature d’Étienne Blanc a déjà passé un premier écueil : les élus municipaux LR n’ont pas crié au scandale. Son statut de parachuté et son âge constituent toutefois ses plus grandes faiblesses. Via le bras droit de Laurent Wauquiez, c’est la promesse de tout reconstruire de zéro qui séduit.
Michel Mercier © Tim Douet
Michel Mercier aime les fusions. Celle du département et de la métropole lui a permis d'éviter de placer le conseil général du Rhône en situation de banqueroute. Celle de Thizy avec cinq communes voisines a permis à son territoire électif de voir ses recettes bondir. Mais passé l'effet d'aubaine, comme le pointe la Chambre régionale […]
Pas d'image
À trois ans d’intervalle, La Plateforme a proposé des prix très différents aux “marcheurs” de Gérard Collomb et à la droite lyonnaise. 7 000 euros la soirée pour l’opposition municipale, contre 996 euros pour une soirée de fin d’été où Gérard Collomb avait invité ses réseaux à se lancer dans l’aventure Macron.
Olivier Ginon et Laurent Wauquiez au meeting de François Fillon, le 22 novembre 2016 à Lyon © Tim Douet
Pour l’opposition PS à Clermont-Ferrand, la Région a offert un marché sur mesure à GL Events pour gérer pendant trente ans le parc des expositions et le Zénith auvergnat. Dans l’entourage de Laurent Wauquiez, plutôt qu’un cadeau, on préfère évoquer une dot améliorée pour ne pas voir le leader mondial de l’événementiel fuir l’Auvergne.
Gérard Collomb, Paul Bocuse et Olivier Ginon aux Bocuse d’Or © Tim Douet
Grâce aux sites dont la gestion lui est confiée par les collectivités locales, GL Events a su développer un business florissant. Autour d’un salon, différentes filiales du groupe interviennent et elles margent toutes. À chaque étape, l’addition s’alourdit et la collectivité est parfois appelée à la rescousse...
Carte des implantations de GL Events dans le monde © Valentin Girardon pour Lyon Capitale
GL Events n’est pas qu’un géant lyonnais. La moitié de son chiffre d’affaires est réalisée hors de France. Depuis une dizaine d’années, c’est à l’international que se développe le groupe d’Olivier Ginon. Épousant souvent le calendrier des grands événements sportifs, moteur de la croissance de GL Events.
Couloir du stade de Gerland, investi en par le Lou Rugby début 2017 © Tim Douet
Autour du déménagement du Lou à Gerland, des opérations immobilières et contractuelles ont permis au club de rugby de récupérer près de 40 millions d’euros de la Ville de Lyon, de manière directe ou indirecte. À l’heure où la collectivité se serre la ceinture, ces largesses font tiquer...
Le patron de GL Events, Olivier Ginon, à l’Elysée avec Emmanuel Macron, le 26 mars 2018 © Ludovic Marin / AFP
“Mon métier est de faire en sorte que mon groupe soit bien perçu par tous les politiques.” Avec un art certain, le patron de GL Events cultive des amitiés intéressées. Elles lui ont ouvert les portes des décideurs locaux, en France comme dans le monde. Depuis quelques mois, Olivier Ginon est passé au stade supérieur : l’Élysée…
Jean-François Debat (PS) © Tim Douet
LREM prépare minutieusement les municipales 2020. Objectif : remplacer les socialistes dans toutes les grandes villes. À Lyon, berceau de la macronie, le PS détourne les yeux des préparatifs de cette 2e phase de l’OPA En Marche. De l’extérieur, le patron régional des socialistes, Jean-François Debat, qui mise sur Kimelfeld, tente de sortir le PS local de son apathie.

Posts navigation

1 2 3 4 5 6 72 73 74