Complice des chorégraphes Annick Charlot et Mourad Merzouki, Gilles Aguilar expose jusqu’au 30 avril des photos personnelles où il semble danser avec les interprètes pour saisir le mouvement. “Musiques du silence” est à voir à Pôle en Scène (espace Albert-Camus).
Bella Figura – Chorégraphie Jirí Kylián © Michel Cavalca
Le ballet de l’Opéra de Lyon crée deux programmes exceptionnels du maître Jiří Kylián. Un grand moment de danse !
Le Retour d’Ulysse, opéra de Monteverdi – Mise en scène William Kentridge, avec la Handspring Puppet Company © ICK HEO
Les retrouvailles d’Ulysse et Pénélope chantées par Monteverdi et jouées par la Handspring Puppet Company. Un opéra baroque avec marionnettes à découvrir à la Maison de la danse.
Lobby, par la compagnie Tie Break © Tony Noël
Si vous les avez ratés la saison dernière, allez au théâtre Théo-Argence ce vendredi, car les danseurs de la compagnie Tie Break distillent une énergie à toute épreuve alliée à une maîtrise technique qui a de quoi ravir les fans de breakdance.
Cabine d’essayage – Chorégraphie Jessica Noita © FG
Porté par le théâtre Astrée de l’université Lyon 1, avec à sa tête Claire Truche, Chaos Danse signe sa 17e édition, ouvrant des espaces à la jeune création et à des spectacles originaux qui sortent des sentiers battus.
Peer Gynt, par le Ballet de Bâle – Chorégraphie Johan Inger © Ismael Lorenzo
Le Ballet de Bâle s’installe cette semaine à Lyon pour nous offrir le Peer Gynt chorégraphié par Johan Inger.
Nach © Emmanuel Tussore
Ce sera la jeune découverte du festival Sens dessus dessous 2019 à la Maison de la danse. La danseuse de krump Nach présente son premier solo. Elle y dévoile à sa façon une danse urbaine ayant émergé à Los Angeles après les émeutes des années 2000.
The Great Tamer (Le Grand Dompteur) – Chorégraphie Dimitris Papaioannou © Julian Mommert
Pour cette nouvelle édition, le festival de la Maison de la danse impose des œuvres fortes qui vont laisser des traces dans notre mémoire de spectateur.
My (Petit) Pogo – Chorégraphie Fabrice Ramalingom © Ghislaine Hamid-Le Sergent
Sur proposition de la Maison de la danse, le chorégraphe Fabrice Ramalingom a présenté en janvier à Lyon un spectacle adapté aux personnes sourdes et malentendantes. Si ce type d’initiative se développe sur nos scènes, la gageure ici était d’intégrer l'interprète en langue des signes dans l’écriture de la danse, et cela change tout !
Don Quixote, par la Compania nacional de danza – Chorégraphie José Carlos Martinez © Jesus Vallinas
Pur ballet russe, créé par le chorégraphe Marius Petipa à Saint-Pétersbourg, Don Quichotte est présenté à Lyon dans une version espagnole et poétique.

Posts navigation

1 2 3 4 5 6 7