epuration

Une station d'épuration nouvelle génération à la Feyssine

Elle sera en activité en mars 2011 et traitera les eaux de 300 000 habitants de l'agglomération. Ce 10e équipement du genre du Grand Lyon joue la carte du développement durable.

Epinglée par la Commission européenne sur ses défaillances dans le traitement des eaux usées, Lyon veut montrer qu'elle rattrape son retard. Plusieurs stations d'épuration comme Pierre-Bénite, Jonage ou Fontaines-sur-Saone sont en cours de remise aux normes. Mais surtout, l'agglomération se dote d'un méga-équipement à la Feyssine, le long du périphérique, d'un coût de 75 millions d'euros. Il traitera les eaux usées de 300 000 habitants résidant à Villeurbanne, Vaulx-en-Velin, Chassieu, Bron, Décines, St-Priest, Genas, St-Laurent de Mure et St-Bonnet de Mure, soulageant notamment la station de St-Fons. Ce sera le 10e équipement du Grand Lyon. Grâce à lui, 95 % des eaux usées respecteront les normes européennes début 2011.

Des boues utilisées en cimenterie

Cet équipement est présenté comme un modèle de développement durable. Les boues, séchées, seront par exemple utilisées en cimenterie. C'est sur sa consommation que cherche à se démarquer la station d'épuration, avec la volonté de puiser dans ses propres ressources énergétiques. Les locaux seront chauffés et climatisés grâce aux eaux usées. Une partie de cette eau sera aussi utilisée pour le nettoyage des lieux et une toiture végétalisée sera installée pour l'isolation thermique des bureaux. D'autre part, grâce à des panneaux photovoltaïques, le site sera producteur d'électricité, revendue à EDF.

Le Grand Lyon souligne aussi l'esthétique du bâtiment, qui s'affiche derrière un mur de galets très sobre sur lequel courront des plantes grimpantes. Cette attention signe la volonté de minimiser les nuisances, tant pour le personnel que les les riverains. C'est ainsi que l'air ambiant sera lavé. Mais par traitement chimique (javel, acide) - un procédé pas vraiment écolo...

L'agglomération veut faire de cet équipement un centre pédagogique. Le public pourra observer l'équipement de l'extérieur, au travers des ouvertures. Objectif : "sensibiliser les Lyonnais au cycle de l'eau" et leur "expliquer la richesse naturelle du site". Le site comprendra même une aire de pique-nique, pour qui voudrait passer son dimanche au bord d'une station d'épuration.

à lire également
David Kimelfeld
Reçus ce vendredi par David Kimelfeld, les organisateurs de la marche pour le climat à Lyon ont de bonnes nouvelles pour l'environnement. Le président de la Métropole s'associe au vœu de sortie des énergies fossiles des investissements de la collectivité et a demandé la participation de citoyens à l'écriture du Plan Climat Energie Territorial 2020-2030 afin "d'aller plus loin face à l'accélération du changement climatique".   
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut