Une enquête ouverte pour déterminer le parcours d'Anis Amri en France

Des billets de train retrouvés par les autorités italiennes dans le sac du principal suspect de l'attentat de Berlin, Anis Amri, abattu à Milan, évoquent son passage par Lyon et Chambéry.

Alors qu'à droite les critiques pleuvent sur l'espace Schengen et la porosité des frontières, le procureur de la République de Paris vient d'ouvrir une enquête pour déterminer l'itinéraire d'Anis Amri dans l'Hexagone. Abattu dans la nuit de jeudi à vendredi à Milan par la police transalpine, le principal suspect de l'attentat de Berlin, a en effet transité par la France. Au moins par Lyon et Chambéry, d'où il a ensuite gagné la capitale lombarde.

La Sdat en pleine vérification

"Il appartient maintenant aux différentes enquêtes, et notamment celle placée sous l'autorité du procureur de la République, d'établir précisément son itinéraire", a déclaré Bruno Le Roux. Le ministre de l'Intérieur a appelé "à la plus grande prudence concernant les informations qui circulent actuellement".

Directeur de la police nationale, Jean-Marc Falcone a de son côté précisé au Journal du Dimanche que la sous-direction anti-terroriste (Sdat) de la police judiciaire, procède actuellement à des vérifications poussées, notamment via l'exploitations des bandes de vidéosurveillance, pour déterminer le parcours précis d'Anis Amri en France. Cela afin de comprendre comment il a pu transiter par le territoire français et de découvrir s'il a bénéficier de complicités.

à lire également
Banderole du collectif “Presqu’île en colère” sur des balcons – Lyon, octobre 2019 © Antoine Merlet
La multiplication des collectifs “en colère” aux quatre coins de la ville oblige les candidats aux municipales lyonnaises à développer leur arsenal “sécuritaire”, qui repose principalement sur la police municipale et la vidéosurveillance. Tous en font leur priorité, mais la conception qu’ils en ont ravive des clivages politiques.
Faire défiler vers le haut