Forum national de la gratuité
Forum national de la gratuité

Un Forum national de la gratuité organisé à Lyon samedi

Coorganisé par la mairie du premier arrondissement, cet événement se donne pour objectif de « mettre la question de la gratuité au cœur des prochaines élections municipales ».

Lyon accueillera samedi 5 janvier la deuxième édition du Forum national de la gratuité du service public. L’événement, coorganisé par l'Observatoire International de la Gratuité (OIG) et la mairie du premier arrondissement, aura lieu de 9h30 à 19h30 à la salle municipale Paul Garcin, au 7 impasse Flesselles. L’occasion de “dresser l’état des lieux des gratuités existantes et à venir”, des transports en commun à l’eau en passant par l’énergie et la restauration scolaire. Au programme : une succession de débats et d’interventions de militants politiques et associatifs, dont des membres d’ATTAC, de l’ONG Droit à l’énergie ou encore de l’association Droit au logement. “La gratuité est une façon de s’en prendre aux quatre cavaliers de l’apocalypse qui nous menacent, affirmait le politologue Paul Ariès, porte-parole de l’OIG et auteur du livre Gratuité Vs Capitalisme, dans une interview à Lyon Capitale en décembre dernier. Elle permet une démarchandisation, une démonétisation et une sortie de l’économisme et de l’utilitarisme.”

Plusieurs délégués de partis politiques de gauche sont attendus, dont le porte-parole Europe Écologie Les Verts Julien Bayou et Clémentine Autain, députée France insoumise, parti avec lequel Nathalie-Perrin Gilbert a conclu une alliance en vue des élections municipales de 2020. La maire du premier arrondissement, qui veut faire de la gratuité des transports un axe de campagne, interviendra en ouverture du Forum. “Il faut proposer des solutions de déplacement qui ouvrent le droit à la ville pour tous et cela passe par le libre accès aux transports en commun, estime-t-elle. C’est un des sens que je donne à mon engagement pour Lyon en 2020.”

23 commentaires
  1. Abolition_de_la_monnaie - 4 janvier 2019

    Que cette journée permette également de réfléchir à une société de l'accès, qui n'utilise ni monnaie, ni troc, ni échange, et qu'elle permette des débats réels 🙂
    (ça changerait)

  2. Galapiat - 4 janvier 2019

    la gratuité , !!!!!! c'est toujours forcémment quelqu'un qui paie en bout de chaine: les soins, les transports, etc Parce que si personne ne paie OU va t on trouver le moyen de financer ce qui est délivré ? C'est un autre système qui devient échange, troc appelez le comme vous voulez. 'un monde imaginaire réservé par exemple aux bénéficiaires de CMU pour les soins mais bien payés par retraités et cotisants

    1. Abolition_de_la_monnaie - 4 janvier 2019

      Et oui !
      Dans un monde monétaire, y'a toujours quelqu'un qui doit payer ! 😀
      Reste à savoir pourquoi ce qui était gratuit est maintenant payant ?
      Pourquoi l'eau que les romains amenaient (eau propre) jusque dans les villes, est maintenant payante ?
      Parce qu'elle est "salie" par qui ? Qui paye ce qu'il pollue ?
      Comme pour les voitures qu'on subventionne avec les entretiens de routes "gratuites" pour les automobilistes ! Qui paye ?
      .
      Il est grand temps de remettre tout à plat pour bien comprendre les rapports idiots qui gèrent notre société actuelle.

  3. Galapiat - 4 janvier 2019

    S'ils vont au bout de leurs convictions,ce dont je doute, EELV, Autain, Perrin-Gilbert ont donc renoncés à leur indemnités pour donner l'exemple

    1. Abolition_de_la_monnaie - 4 janvier 2019

      Ils ne sont probablement pas payés pour participer.
      Et vous, vous allez donner de votre temps pour les autres ? 😀
      "ma voiture et mon confort d'abord !"

  4. Galapiat - 5 janvier 2019

    dans le genre réponse imbécile on peut difficilement faire mieux , les ouvriers employés à la construction des aqueducs étaient payés et bien payés , l'eau est toujours gratuite si tu possède un puits ou un cours d''eau devant ta propriété, l'entretien des routes ce sont mes impôts, ,tu as passé sous silence la vie dans les cavernes où le loyer était gratuit!!! Quant aux coorganisateurs, organisé dans une salle municipale (payée par les administrés) la mairie c'est un budget financés par des habitants pas forcément d'accord, EELV et les autres vivant bien dans l'attente d'un poste d'élu . Sache que j'ai participé à la vie d'une commune , sans indemnité ni subvention , que j'ai suffisamment d'enfants petits enfant à aider "Financièrement" la raison le nombre grandissant de ces pseudos découvreurs d'un mode de vie futur, qui pompent les subventions, d'argent public qui ne tombe pas du ciel, militent surtout pour en bénéficier, espérant un "bon" poste avec maroquin si possible , s'acoquinant entre eux , finissent par prendre pour vérité les anneries qu'ils colportent, tu voie de qui je parle.

    1. Alex-Z - 5 janvier 2019

      Merci pour votre commentaire informé et plein de bon sens...

      Mais hélas, je pense que vous perdez votre temps. "Abolition de la Monnaie" est convaincu, son pseudo le démontre, et il n'écoutera même pas ce que vous dites...

      1. Abolition_de_la_monnaie - 6 janvier 2019

        Mais si mais si, je lis, j'écoute.
        Mais Galapiat et vous ne comprenez apparemment pas la problématique.
        D'ailleurs il s'est bien gardé de répondre à l'argument que les routes et leur entretien sont payés aussi par ceux qui ne les usent pas. Les routes et leur entretien, sont des subventions déguisées au service du secteur automobile.
        .
        Oui, dans un système monétaire, utiliser de la monnaie est rendu obligatoire, mais la nature ne vous fait pas payer ce qu'elle vous fournit, et ça, vous semblez l'oublier un peu vite.
        Quant à imaginer une société postmonétaire, c'est apparemment à des années lumières de votre cerveau, pourtant vous n'avez aucune solution sereine à proposer face à la pollution généralisée de notre société (micro plastiques, air, eau, terre polluée, etc).
        .
        Une économie postmonétaire est la seule à pouvoir répondre aux impératifs de respecter la nature et l'humain.

  5. Galapiat - 6 janvier 2019

    Alex-Z, merci de ton commentaire sur Abolition je ne réponds pas toujours mais trop c'est trop, Comment peut on être aussi obtus saur à avoir été lobotomisé ce qui excuse mais en partie seulement de tels propos.
    Je vais tenter de résister , bonne soirée.

    1. Abolition_de_la_monnaie - 6 janvier 2019

      Vous ne répondez jamais en utilisant l'argumentaire de l'autre pour contre argumenter.
      .
      Les romains mettaient à disposition gratuitement pour tous, l'eau nécessaire pour vivre.
      Alors quel sens de l'Histoire avez vous ?
      Avoir des transports individuels polluants, ça rapporte des taxes à l'Etat et ça flatte l'ego de l'automobiliste qui se croit tout puissant, mais au final on a quoi ? Un monde pollué.
      Des transports en commun adaptés et gratuits comme dans de plus en plus de villes dans le monde, cela freinerait grandement ce problème de pollution urbaine.
      .
      Avoir des petits enfants et continuer à pollueur leur planète, je ne comprends pas votre façon de vivre... (sinon à comprendre que votre valeur psychologique "mon confort d'abord" est primordiale).

  6. Bernard Girard - 6 janvier 2019

    Si je peux me permettre, @Abolition_de_la_monnaie :

    Si les dirigeants romains de l'Antiquité fournissaient l'eau gratuitement au peuple,
    ils exigeaient par contre des hommes qui composait celui-ci de (très) nombreuses années de service militaire, pour aller (sur leur pattes et en portant leur barda sur le dos) combattre et conquérir des territoires, en ramener des esclaves, et faire travailler durement ces derniers à réaliser, entre autres, des adductions pour d'eau fournir celle-ci "gratuitement" et des "cloaqua maxima" pour évacuer l'eau salie.

    Ce n'était pas une société gratuite.

    1. Abolition_de_la_monnaie - 7 janvier 2019

      Bonjour,
      le problème de mon exemple des Romains qui ne faisaient payer l'eau à personne dans les fontaines publiques (même pas aux étrangers et esclaves), c'est que cette société avait des esclaves, etc. Mais ce n'est pas "le travail des esclaves" qui faisait que l'eau était gratuite ou non. (est-ce que le coton du sud des USA était gratuit ?).
      .
      La question était de savoir si une société pouvait ou non se permettre de mettre gratuitement de l'eau à disposition de ses citoyens. Et la réponse est "oui".
      Il suffit d'une volonté politique.
      Après, utiliser les termes d'usage (gratuit pour un minimum vital) et de mésusage (payant lorsque c'est pour remplir sa piscine privée), ça, ça devrait faire débat au niveau de la société.
      Il en va de même pour les transports en commun :
      actuellement, un certain nombre de grandes villes (et pas les plus riches) ont instauré le transport en commun gratuit afin de faciliter la vie et améliorer la santé de ses concitoyens.

      1. Bernard Girard - 7 janvier 2019

        Exact : ce n'était pas exactement le "travail des esclaves" qui permettait la gratuité de l'eau, c'est aussi que les dirigeants (dictateurs et autres César, Auguste, etc) offraient l'eau en abondance, en particulier dans les thermes, ainsi que les jeux du cirque pour s'attirer le soutien de ce peuple qu'ils voulaient à leur botte (ou cothurne)

        Les esclavagistes du sud des USA produisaient (grâce aux esclaves) du coton, mais dans la logique capitaliste qui était devenue la leur, il devaient l'expédier vers une population bien plus large que celle qui auraient pu élire les plus puissants d'entre eux à un poste gouvernemental (dans leur leur Etat, ou au niveau des USA).
        Du coup ils n'avaient plus aucun intérêt à donner gratuitement ce coton. Donc il le vendaient.

        Je me souviens vaguement d'avoir lu que la société pharaonique de l'Egypte ancienne n'était peut être pas du tout commerçante, et fonctionnait sans monnaie :
        Tous les Egyptiens travaillaient pour Pharaon qui collectait les produits du travail et le re-distribuait, avec l'aide des scribes qui tenaient la "comptabilité" non monétaire de ces mouvements de produits (j'ai failli écrire "marchandises" mais le terme ne convient plus).
        Avez vous entendu parler d'un tel fonctionnement ?

        1. Abolition_de_la_monnaie - 7 janvier 2019

          Bonjour,
          Non, je n'ai jamais entendu parler d'une société d'Egypt ancienne qui fonctionnait sans monnaie.
          Après relecture du site nbbmuseum, la certitude de "pas de monnaie en Egypte" ne peut être établie vu l'existence du shât et du deben .
          Le début de l'existence d'une monnaie dans une société est toujours compliqué, car le problème est celui de la trace écrite utile ou non à une société qui utilise un moyen d'échange comme une monnaie. A quoi bon ?
          Les traces écrites sont nécessaires lorsqu'il y a un seigneur impose un impôt pour vivre sur le dos de ses sujets.
          Et comment retrouver des traces archéologiques si l'échange se fait en une monnaie périssable comme le blé ?
          Si toute une société arrive à se constituer les objets dont elle se sert tous les jours, a-t-elle besoin d'une monnaie ?
          .
          Quoi qu'il soit, la société postmonétaire n'est pas pré-monétaire. Une civilisation de l'accès ne peut être comparée à la civilisation de l'Egypte ancienne.
          .
          Pour votre phrase :
          "..........Du coup ils n'avaient plus aucun intérêt à donner gratuitement ce coton. Donc il le vendaient.............."
          Je pense que s'ils vendaient du coton, ce n'est pas parce qu'ils n'avaient plus d'intérêt à le donner (l'ont-ils fait un jour 😉 ) mais bien dès le départ parce que sa production par des esclaves allait rapporter de la monnaie.
          .
          Quoi qu'il en soit, merci pour votre intervention argumentée.

  7. Galapiat - 6 janvier 2019

    B Girard: si tu entames une discussion avec le grand prêtre , sache que tu n'es pas sortie de l'auberge. Est tu prêts à abjurer ta foi en notre monnaie , dans le cas contraire attends toi à des propos délirants .

    1. Bernard Girard - 7 janvier 2019

      voir réponse à Abolition_de_la_monnaie au dessus du message de galapiat

  8. Bernard Girard - 7 janvier 2019

    @Galapiat (synonyme = vaurien, vagabond suivant le Larousse 😆 ), je suis assez grand garçon pour décider à qui je cause, sans avoir besoin que tu t'en t'en mêles. Merci.

    Par ailleurs je ne fais pas partie des adorateurs de la monnaie, et n'ai donc rien à abjurer en l’occurrence.

  9. Doatyn - 7 janvier 2019

    « Mettre la gratuité au cœur des prochaines élections municipales ». : votez pour moi, et tout sera gratuit ! On voit bien là l’inconséquence et l’irresponsabilité généré par notre système politique.
    Si c’est gratuit, c’est que quelqu’un d’autre paye. Ou vous-même, de manière indirecte. Les génies du marketing et des impôts fourmillent d’idées.

    Concernant les transports en commun, trois remarques :
    Nous payons 30% de ce que ça coûte, le reste c’est les entreprises et les impôts, donc ceux qui utilisent leur voiture. Là, je n’ai rien à y redire.
    Ce serait juste que les personnes de peu de ressources aient un rabais ou une gratuité, mais je ne sais pas car je n’en fais pas partie.
    Les quelques villes (que des petites villes, et pas « de plus en plus ») qui ont fait l’expérience de la gratuité s’en sont mordus les doigts. 1 : dégradation du matériel par vandalisme (c’est gratuit, je bousille), 2 : Comme ça pèse sur les budgets (les impôts), serrage des boulons et dégradation du service.

    Abolir la monnaie, une utopie. Il vaudrait mieux abolir la bourse et tous les requins financiers qui tournent autour. Ce sont eux et ce système qui ont généré toute les crises économiques depuis plus d’un siècle.

    1. Bernard Girard - 7 janvier 2019

      Bonjour,

      @Doatyn, Je vous rejoins à peu près.
      Selon ses promoteurs la gratuité des transports en commun "profiterait aux pauvres".
      Peut être, mais avec des risques d'effets pervers dans un monde qui restera majoritairement non gratuit.
      (ma réponse s'adresse donc plutôt aux demandeurs de la seule gratuité des TC qu'à Abolition_de_la_monnaie qui souhaite la sortie totale d'un monde monétaire)

      Dans le cas des TC lyonnais, la vente des billets et abonnements rapporte net chaque année un peu plus de 200 M€.
      Ca correspond sensiblement au montant annuel d'investissements du Sytral.
      Qu'on estime que ces investissements répondent parfaitement ou pas aux besoins, leur réalisation me semble rester nécessaire. En effet, sans eux la qualité globale des TCL se dégraderait rapidement.

      Ce sont plutôt les pauvres, n'ayant pas les moyens d'accéder à la voiture, vivant déjà dans des territoires parfois géographiquement éloignés ou enclavés, où même l'usage du vélo n'est pas simple, qui pâtiraient le plus de cette dégradation.
      Ils en souffriraient en tout cas plus que les riches, qui ont les moyens de se multi-motoriser.
      Par ailleurs ces riches, confrontés à la dégradation des TC et souvent plus proches des cercles décideurs agiraient peut être en sorte qu'aucune augmentation de leur impôts n'aille compenser les 200 M€ de manque à gagner.

      Et là, le résultat du match est "pauvres : zéro _ riches : un"

      1. Abolition_de_la_monnaie - 7 janvier 2019

        @ Bernard Girard et @ Doatyn

        "Si c’est gratuit, c’est que quelqu’un d’autre paye. "
        Et oui, comme les produits "gratuits" en supermarché,
        comme les sites gratuits sur internet,
        etc.
        .
        Mais est-ce un problème que "tout le monde paye par ses impôts un moyen de transport performant (mieux que la voiture individuelle) et en profite ensuite gratuitement" ?
        .
        "...................Les quelques villes (que des petites villes, et pas « de plus en plus ») qui ont fait l’expérience de la gratuité s’en sont mordus les doigts. ..................."
        .
        😀
        Très amusant argument... Je vous apprends donc (apparemment) que l'Estonie qui a commencé à faire des transports gratuits dès 2013, va passer au niveau du pays tout entier (bon, ce n'est pas un "grand pays" mais quand même !) aux transports en commun gratuits !
        .
        "........................1 : dégradation du matériel par vandalisme (c’est gratuit, je bousille),......................."
        .
        Où sont les études ?
        Suivant les premiers résultats sur Dunkerque, c'est l'inverse qui se produit (moins de dégradation) car ceux qui dégradent le font par "haine" du prix ou de l'amende qu'ils ont reçu.
        Quand c'est "à toi" (mais il faut expliquer qu'un transport en commun appartient à chacun), tu fais plus gaffe (raisonnement un peu idiot mais pourtant existant).
        .
        "....................2 : Comme ça pèse sur les budgets (les impôts), serrage des boulons et dégradation du service...................."
        .
        On dirait les arguments d'un Lyonnais qui s'appelle Yves Crozet qui a été administrateur du réseau ferré de France (réseau mal traité par des coupes budgétaires), et qui est aussi (comme par hasard) le président de l'association de défense des métiers de la route (sociétés autoroutières, pétrolières, BTP, constructeurs automobiles)
        .
        😀
        .
        Vivement qu'on ait à Lyon un débat clair et public sur cette question des transports en commun gratuits pour freiner fortement cette pollution urbaine destructrice.

  10. Galapiat - 7 janvier 2019

    Girard :si tu ne veux pas que je te répondes évites donc de citer des bribes de mon commentaire.En l’occurrence la gratuité de l'eau. Quant à Galapiat, saches j'en suis fier, ne t’en déplaise.

  11. Galapiat - 7 janvier 2019

    Un débat je le rappelle sur la gratuité ou pas des transports, loin des pyramides . La gratuité n'existant que pour ceux qui en sont bénéficiaires, souvent les mêmes exonérés d’impôts,voir bénéficiaires de la CMU et autres aides, comme à l'habitude les travailleurs aux salaires modestes ne bénéficiant d'aucun de ces avantages mais participant financièrement à l'effort fiscal.

    1. Abolition_de_la_monnaie - 7 janvier 2019

      Tout le monde paye des impôts, ne serait-ce par la TVA.
      Donc vos salades de populistes qui veulent stigmatiser les "pas grand chose"...

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut