Transport ou sécurité, à Rillieux il faut choisir  !

Les Rilliards râlent mais l'isolement d'une des trente villes les plus dangereuses de France arrange bien la gendarmerie et la mairie.

Cité, village, banlieue bourgeoise...Rillieux-la-Pape, commune de l'est lyonnais de 30 000 habitants est une ville multifacette qui donne l'impression de vivre en vase clos. "On est trop loin : c'est chaud, on peut pas bouger comme on veut !" Un mercredi après-midi ordinaire pour ce groupe de jeunes Rilliards. Attendre leur bus avenue de l'Europe est devenu une de leur occupation principale. Car la desserte TCL est le point noir de Rillieux-la-Pape. Seulement cinq lignes desservent la ville et il faut compter une quarantaine de minutes pour rejoindre Bellecour. Le projet de trolley bus C2 a pris deux ans de retard et isole la ville jusqu'en 2009. Les candidats aux municipales se sont déjà emparés de ce sujet sensible. "La traversée de la ville même pose un vrai problème", estime le candidat UMP Jean-François Debiol. Pour Frédéric Perrot (Modem) la solution serait à aller chercher du côté des TER. "La gare de Crépieux est à sept minutes de la Part-Dieu : ça fait treize ans que la gauche est au pouvoir à Rillieux et que rien n'a été développé. " Renaud Gauquelin, le maire PS de Rillieux se défend : "J'étais pour le métro mais le financement n'a pas été possible. Quant au retard du C2, l'Etat n'a pas tenu ses promesses pour les financements." Si cet isolement pénalise les habitants, il arrange bien la gendarmerie. Rillieux est une des trente banlieues les plus dangereuses de France mais paradoxalement s'embrase rarement. "L'isolement permet d'éviter les phénomènes de propagation comme dans les autres banlieues lyonnaises", explique cette source de la gendarmerie. La majorité des activités des militaires s'effectue dans la Ville Nouvelle où la délinquance est importante. Pour lutter contre, gendarmerie et mairie ont opté pour la manière forte. "On tape très fort : on ne coupe pas le contact avec la population mais on ne passe rien à personne.", raconte ce gendarme. "C'est vrai que Rillieux n'est pas Charbonnières" explique de son côté le maire, qui assure les fonctions d'adjoint à la sécurité, " la situation n'y est pas catastrophique mais ce n'est pas génial. C'est pour cela qu'on a mis en place les moyens nécessaires : la police municipale est armée". Cette sévérité semble payer : le taux d'élucidation a doublé en deux ans et celui de délinquance a diminué. Quid de 2009 lorsque la ligne C2 sera en service ? Les Rilliards auront-ils à choisir entre sécurité et transports ?

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut