“Tous ont été libérés“

Les dix kurdes de Syrie qui étaient enfermés depuis samedi au centre de rétention de Lyon ont été libérés lundi midi. Ils avaient débarqué parmi 124 autres personnes vendredi sur une plage corse et vont maintenant être pris en charge par Forum réfugiés. Interview de Yvon Da Cruz, coordinateur de l'association au centre de rétention de Lyon.

Lyon Capitale : Maintenant que les clandestins kurdes ont été libérés, où vont-ils résider et dans quelles conditions ?

Yvon Da Cruz : Ils vont être placés dans un hôtel en attendant que leurs démarches administratives auprès de la préfecture soient terminées. Puis vendredi, ils iront dans un centre d'accueil qui pourra être situé n'importe où en France, là où il y aura de la place.

Est-ce qu'un accompagnement est prévu pour eux, car je suppose qu'ils ne parlent pas le Français ?

Oui, ils seront suivis par Forum Réfugiés pendant toute la durée de leurs démarches. Effectivement, aucun d'entre eux ne parle le Français, donc on utilise des interprètes.

Dans combien de temps obtiendront-ils une réponse de l'Office français de protection des réfugiés et appatrides pour savoir si leur demande d'asile est acceptée ? Ont-ils une chance selon vous d'obtenir une réponse favorable ?

Personnellement, je n'en sais rien. En fait, tout dépend de l'OFPRA qui se trouve à Paris. C'est eux qui décident. Leur réponse va prendre plusieurs semaines. En général, le délai moyen est de trois mois. En 2008 et 2009, il a été de 90 jours.

Est-ce que les Kurdes présents à Lyon ont été séparés les uns des autres depuis leur libération ?
Non. Tous ont été libérés car la demande de la Préfecture de prolongation de leur détention a été rejetée. Ce soir, ils dormiront tous ensemble dans un hôtel, puis ils seront accompagnés plus tard au centre de Forum Réfugiés.

Est-ce qu'ils vont être rapprochés des vingt Kurdes libérés aujourd'hui à Marseille ?

Sincèrement, je suis incapable de vous répondre. Il y aura peut-être des rapprochements familiaux, mais en tout cas, il semble qu'il n'y ait pas eu de séparation familiale. En fait, cela va dépendre des places disponibles dans les différents centres.

Que vont devenir ceux qui habitent à Marseille, sachant qu'il n'y a pas d'association Forum Réfugiés là-bas ?

On a pris contact avec des associations locales pour que des liens se mettent en place. Des hôtels d'hébergement ont été mis à leur disposition, mais il y aura une prise en charge plus globale dans la semaine. Enfin, on en saura plus demain. Par contre, il y a plus de problèmes à Nîmes et à Toulouse où on ne sait pas quoi faire de tous ces réfugiés, même si la Croix-Rouge va prendre en charge dans l'urgence tous ceux qui se trouvent à Nîmes, avant qu'ils ne soient placés dans des foyers d'asile.

Parmi ces réfugiés, y en a-t-il qui ont déjà de la famille en France ?

Ceux de Lyon non, après pour les autres, je n'en sais absolument rien.

Vidéo : "une procédure pas conforme aux règles"

à lire également
Gérard Collomb à la sortie du conseil des ministres, le 12 juin 2018 © Ludovic Marin / AFP
Le texte final de la loi asile-immigration a été adopté ce mercredi 1er août à l’Assemblée nationale. Une décision qui ravit le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, mais ne satisfait pas l’opposition, pour des raisons différentes.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut