• MyVélo’v

Tour de France à Lyon : un cortège de femmes à vélo avant le départ ce dimanche

Le Tour de France finira sa 14e étape et entamera sa 15e étape à Lyon ce week-end des 12 et 13 septembre. Pour dénoncer le manque de représentation des femmes dans le monde du vélo, 20 cyclistes lyonnaises s'élanceront sur le parcours avant le départ du Tour ce dimanche.

Lyon se réjouit du passage du Tour de France ce week-end des 12 et 13 septembre. Les coureurs franchiront la ligne d'arrivée de la 14e étape ce samedi à la hauteur de Cordeliers, et débuteront la 15e étape à Gerland. Mais où sont les coureuses ? Pour dénoncer la faible représentation des femmes dans le monde du cyclisme, 20 Lyonnaises ont décidé de faire une partie de la 15e étape du Tour de France masculin ce dimanche.

Un cortège de femmes cyclistes avant le départ du Tour de France dimanche

Priscillia Petitjean use sa bicyclette depuis une dizaine d'années dans les rues de Lyon. Mécanicienne pour Vélo'v, livreuse à vélo, responsable de l'atelier vélo du foyer Notre-Dame-des-Sans-abris, à l'initiative des Coursiers solidaires de Lyon et chroniqueuse cyclisme, la femme vit par et pour le vélo. Et le manque de visibilité des femmes dans ce milieu l'exaspère au plus haut point. "Il y a dix ans, j'étais presque toute seule dans le vélo à Lyon, se souvient-elle. Je veux faire avancer les choses."

Avec l'appui de la ville de Lyon, elle a donc décidé d'organiser un cortège de femmes cyclistes quelques minutes avant le départ du Tour de France masculin ce dimanche. "Pour la course cycliste féminine Donnons des Elles au vélo en août, j'avais demandé à la ville de Lyon de saluer l'arrivée des coureuses. La ville avait été très réactive, c'était la meilleure arrivée qu'une ville ait jamais fait. J'ai voulu aller plus loin à l'occasion du Tour de France masculin. La ville de Lyon m'a demandé de réunir 20 figures emblématiques de femmes qui font le monde du vélo à Lyon. Toutes ont répondu présentes !"

Les vingt coureuses partiront au même endroit que le Tour de France, au Palais des Sports de Gerland ce dimanche 13 septembre à 10h30. Sur trois kilomètres, elles suivront le parcours du Tour avant de revenir à leur point de départ pour des prises de parole.

Vingt femmes qui font le monde du vélo à Lyon

Le profil de ces cyclistes est varié. Des professionnelles du vélo pédaleront de concert avec des universitaires, des livreuses à vélo aux côtés de directrices du bureaux d'études. "Ces femmes proviennent de tous horizons avec une chose en commun, la volonté de faire bouger les choses dans le monde du vélo", explique Priscillia Petitjean. Ce dimanche, défileront donc entre autres : Clarisse Despierres, directrice du Musée Malartre ; Léa Salomon, porteuse du projet Tand'Aime (cyclisme santé) par Lyon Sprint Evolution ; Célia Arnaud, responsable pédagogie et développement du programme "L dans la ville" ; Céline Forestier, CEO chez Cyclable ; Laurine Rogler, livreuse en triporteur chez Becycle ; Laura Dubuis, maître de conférences à l'INSA et fondatrice de "Les Lyonnaises à Vélo" ; Sophie Moreau, organisatrice du défi Rouler pour Elles ; Frédérique Bienvenüe, présidente de l'association "La Ville à Vélo" ; Gudrun Müller, fondatrice de la marque lyonnaise dédiée au vélo Nixnas ; Victoire Joncheray, cycliste licenciée de l'association Lyon Sprint Evolution ; Camille Thomé, directrice de Vélo & Territoires ; Virginie Béjot, inspiratrice du projet Benur (tricycles électriques pour personnes en fauteuil).

Parmi elles, Frédérique Bienvenüe, présidente de l'association la Ville à vélo depuis juin et universitaire, abonde : "Tous les jours, il y a plein de femmes à vélo dans les rues mais on ne les voit pas dans le monde du sport. Depuis le confinement, il y a de plus en plus de femmes à vélo avec leurs enfants, sur des vélos cargos pour faire les courses... Elles sont 40 % dans l'association. L'objectif est de rendre le vélo possible pour tout le monde. " Depuis le confinement, le vélo a en effet la part belle dans la capitale des Gaules : 75 % des habitants de la métropole de Lyon se disent favorables au maintien des "coronapistes" (lire ici).

Insertion, émancipation des femmes : le pari du vélo

Pour cette universitaire, le vélo est un véritable symbole de l'émancipation des femmes : "A la fin du XIXe siècle, les femmes n'avaient le droit de porter un pantalon que pour faire du cheval ou du vélo. Comme les chevaux et les voitures étaient chères, le vélo a donné la possibilité aux femmes de se déplacer seules et plus loin qu'avec la simple marche."

Priscillia Petitjean, elle, fait le pari de l'insertion par le vélo. Il y a trois mois, elle a monté à Villeurbanne l'association des "Ateliers de l'audace". Ceux-ci forment des personnes sans emploi à la mécanique vélo, pour réparer les vélos des particuliers mais également remettre en état et revendre les vieux vélos donnés ou les vélos en libre-service abandonnés dans les rues de Lyon. "On peut faire une place à tout le monde dans la société grâce au vélo", affirme Priscillia Petitjean. Elle espère obtenir à la fin du moins un agrément qui lui permettra d'embaucher 14 nouvelles personnes qui viendront grossir les rangs des deux salariés et de la dizaine de bénévoles qui travaillent déjà à l'atelier. Pour concrétiser le projet, elle recherche activement des locaux pour accueillir l'atelier, le bail actuel arrivant à son terme fin septembre.

 

1 commentaire
  1. Galapiat - sam 12 Sep 20 à 18 h 23

    contrairement aux vélos du commun des mortels les vélos arrivent principalement sauf les jantes de Chine en Tankers hyper polluants ( la flotte représente 60 millions de voitures) les cycles des coureurs pratiquement tous assemblés par de petits constructeurs Europe, principalement français. Souhaitons bonne chance à Priscillia, dans la mesure du possible réservons lui nos achats.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut