© Antoine Merlet / Simulation Lyon Capitale

Téléphérique : "RMI de la concertation", la maire de Sainte-Foy-lès-Lyon fustige le Sytral

Ce lundi 22 mars, le Sytral a voté le lancement d'une concertation préalable au projet sous l'égide d'un garant désigné par la Commission Nationale du Débat Public. Véronique Sarselli, la maire de Sainte-Foy-lès-Lyon, commune où doit passer le transport par câble, fustige ce qui est pour elle le "RMI de la concertation" et invite les citoyens à poursuivre "leurs oppositions farouches".

Il fait parler, ce projet de téléphérique entre Francheville et Lyon. Il va encore faire parler. Ce lundi 22 mars, le Sytral a voté le lancement d'une concertation préalable au projet sous l'égide d'un garant désigné par la Commission Nationale du Débat Public (CNDP). Accusé par nombre d'opposants - mais pas que - d'avoir clairement manqué de concertation en amont de l'annonce de la décision de ce projet, en décembre 2020, le Sytral tente de récupérer la main. Mais rame.

Bruno Bernard, le président du Sytral et de la Métropole de Lyon, promet une vague concertation à l'automne 2021 sur tout : "sur l'opportunité du projet, sur des alternatives éventuelles au projet, sur les tracés du projet, tout est au débat. On va discuter avec les citoyens, les élus locaux, les acteurs associatifs et économiques de ce projet qui est très innovant et qui apporte de l'inquiétude et aussi beaucoup d'envie dans la population. Tout est ouvert. L'objectif c'est vraiment que tout le monde puisse s'exprimer, et de voir les avantages et les inconvénients du projet, de voir si c'est bien la solution pour les territoires de l'ouest. Je comprends toutes les inquiétudes".

Lire aussi : Ouest de Lyon : bonne ou mauvaise idée, le projet de téléphérique est-il vraiment crédible ? Et pertinent ?

Véronique Sarselli : "c'est le RMI de la concertation"

Lundi, lors du comité syndical du Sytral, les débats ont été âpres autour de ce projet, qui divise (lire le reportage de Lyon Capitale ici).

Le lancement de cette concertation préalable ne convainc pas la maire de Sainte-Foy-lès-Lyon, Véronique Sarselli. Mais alors pas du tout. "Le SYTRAL imagine reprendre la main avec la saisine a minima de la commission nationale du débat public(CNDP). Cette saisine n’est ni une nouveauté, ni un réconfort", explique-t-elle. En effet, la CNDP est une instance intéressante,mais qui est liée en matière de compétences et d’attributions. Sur le sujet du transport par câble sur l’Ouest, ses marges sont réduites et c’est le maître d’ouvrage (le SYTRAL) qui maîtrise le périmètre d’action de la CNDP".

"Poursuivre les oppositions farouches" (maire de Sainte-Foy-lès-Lyon)

"La simple saisine d’un garant du CNDP est le degré 1 sur l’échelle de la concertation. Avec cette saisine c’est le SYTRAL qui détermine le périmètre de la concertation et non la CNDP", poursuit Véronique Sarselli, dénonçant un" RMI de la concertation". "La CNDP aurait pu être un excellent outil si l’ensemble du « projet de mandat » du SYTRAL était soumis à la procédure de débat public", ajoute-t-elle.

La maire de Sainte-Foy poursuit : "Lorsque le garant de la CNDP communiquera le bilan (logiquement) défavorable de ce mode de transport, ce ne sera qu’une pièce de l’enquête publique. Le bilan de cette concertation CNDP est strictement consultatif et n’engage en RIEN, absolument en RIEN l’arbitrage final tant du SYTRAL que de la déclaration d’utilité publique". Avant de conclure, catégorique : "Face à un projet au forceps et une concertation sous péridurale, nous invitons l’ensemble des citoyens et des associations à poursuivre leurs oppositions farouches et argumentées".

Lire aussi : Lyon : le téléphérique cristallise les débats au Sytral, une élue écologiste ironise sur "Mauvaise-Foy-lès-Lyon"

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut