SONNY ANDERSON : "J'ETAIS L'ENFANT DE GERLAND "

L'attaquant brésilien a souhaité disputer son jubilé dans une enceinte qui l'a vu vivre ses plus belles années de footballeur.

JDM : Sonny, pouvez-vous nous parler de votre jubilé ? Qui sera présent le 11 juin prochain ?
Sonny Anderson : Il y aura un lever de rideau avec des benjamins des dix clubs où je suis passé. Le match du jubilé sera arbitré par Gilles Vessière. Une équipe sera composée de joueurs ayant évolué à Lyon lors de la saison 2001-2002 plus Alain Cavéglia, Marco Grassi et Gilles Rousset ainsi que de cinq féminines de l'OL évoluant en équipe de France. Ils affronteront une équipe constituée d'amis, qui pour certains ont joué avec moi durant ma carrière. En ce qui concerne ces joueurs, il y aura Trézéguet, Henry, Benarbia, Thuram, Enzo Scifo, Raï, Léonardo, Figo, Ronaldo, Ronaldinho ou encore Roberto Carlos.

Qu'est ce que ça vous fait de refouler cette pelouse du stade de Gerland ?
Quand j'ai quitté Lyon, j'avais au fond de moi ce rêve de pouvoir un jour refouler cette pelouse. J'ai pu le faire lors du match en mémoire de Marc-Vivien Foé mais c'était un contexte particulier, il n'y avait pas une ambiance de fête. Gerland, c'est mon jardin, j'ai tous mes repères. Ca va me faire drôle de rejouer sur cette pelouse. A coup sûr, je serai ému.

Comment expliquez-vous ce rapport fusionnel avec le public lyonnais ?
Lorsqu'on signe dans un club, on ne s'attend pas à un tel accueil ou à une telle chaleur du public. Dès le départ, il y a eu un respect entre eux et moi. J'ai toujours fait mon boulot, j'ai essayé de leur donner du bonheur en tant que joueur et capitaine. J'étais l'enfant de Gerland, ils m'ont adopté. Il y a vraiment quelque chose de fort entre nous.

Cela fait un peu plus d'un an que vous n'avez pas touché de ballon. Vous êtes-vous préparé spécialement pour ce jubilé ?
Je me suis préparé car le public veut voir des choses qu'il a vu auparavant. J'essaye de m'entretenir même si, pour tout vous avouer, c'est un peu dur de retourner s'entraîner. (Rires)

Que retenez-vous de votre passage à Lyon et d'une manière générale de votre carrière ?
L'OL c'est la consécration de ma carrière. Je n'ai connu que de belles choses dans ce club. Toute ma vie de footballeur a été réussie, j'ai marqué des buts et l'esprit des gens. Il n'y a pas un club où ça s'est mal passé. J'ai pu jouer en équipe nationale du Brésil, et ça pour moi c'est fabuleux, car c'était un rêve d'enfant. Le seul regret de ma carrière, c'est de ne pas avoir gagné la Ligue des Champions avec Lyon.

Comment se passe votre nouveau travail d'entraîneur des jeunes attaquants de l'OL ?
Je suis chargé d'apprendre aux attaquants des 14, 16 et 18 ans, la finition, le placement, l'anticipation et le mental, afin qu'ils soient prêts, lorsqu'ils deviendront pros. Quand j'ai quitté Lyon, on s'était mis d'accord avec le président pour que je puisse revenir aider le club de mon coeur. C'est une fierté pour moi de travailler à l'OL.

Même lorsque vous êtes parti de Lyon, vous êtes resté toujours très proche de Jean-Michel Aulas...
Il y a beaucoup de respect entre nous. Il a toujours été là dans les moments difficiles, tant dans ma vie d'homme que de joueur. Il a tenu sa parole pour ma reconversion et pour mon jubilé. Il a toujours été correct avec moi. Je le remercie de m'avoir fait confiance en juillet 1999. Car à l'époque, c'était un pari risqué de me débaucher de Barcelone.

Pour finir, pensez-vous qu'un jour Lyon arrivera à remporter la Ligue des champions ?
Bien sûr que j'y crois. Mais je vais être franc avec vous : il faut arrêter de se donner une date. La Ligue des champions, elle viendra un jour grâce au travail et à la sérénité. Je le répète, on ne peut pas donner une date à l'avance, ça n'existe pas. Lyon construit petit à petit son histoire, le club vient de remporter 6 titres de champion et a gagné une coupe de la Ligue. Il ne faut pas se précipiter, il faut savoir être patient.
LE JUBILE Infos pratiques
17h30 : Ouverture des portes au grand public.
20h : Coup d'envoi du jubilé par Sonny Anderson et hommage à Marc-Vivien Foé.
Prix : 6 euros pour les enfants de moins de douze ans, accompagnés d'un adulte payant.

Tarif réduit pour les abonnés OL et les comités d'entreprises

Points de vente habituels et olweb.fr

à lire également
Le patron de Serfim, Guy Mathiolon, est très présent dans le sport lyonnais. Son groupe de travaux publics et des métiers de l’environnement aide financièrement le Lou, Lyon Asvel Féminin et le Sporting Club de Lyon (Lyon Duchère AS).
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut