photo soldes
Léa Desrayaud

Soldes d'hiver 2018 à Lyon : les commerçants partagés sur la réforme

Le gouvernement a annoncé de nouvelles modifications qui devraient réduire la durée des soldes de 6 à 4 semaines. Qu’en pensent les commerçants à Lyon ?

Hexagone et soldes, c’était un peu le couple parfait. Une petite amourette qui s’est malheureusement époumonée au rythme des promotions, des déstockages et de l‘accroissement du commerce en ligne. Face à un désintéressement progressif des Français et Françaises, Delphine Gény-Stephann, à l’issue d’une concertation lancée début septembre, a annoncé que le gouvernement réduirait la durée des soldes de six à quatre semaines. La Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances affirme que ces changements devraient être effectifs d’ici les prochaines soldes de janvier 2019. L’initiative fait notamment écho aux chiffres de fréquentation en constante baisse depuis 2015. L’année dernière l’affluence aurait baissé de 4.4 %.

À Lyon, la réforme fait des heureux…

Côté lyonnais, My Presqu’île, structure de management du centre-ville de la capitale des Gaules, ne peut qu’approuver ces nouvelles directives. ”Généralement, la première semaine est la plus performante, explique l’un de ses responsables. Les six semaines cassent un peu cet élan, le tout s’épuise au bout de la quatrième voire la troisième”. Même constat pour Influences Concept Store, boutique de design dans le deuxième arrondissement. Clément Bourdier, un de ses fondateurs, estime que les six semaines ”brisent” la temporalité des soldes. ”Elles perdent un peu de leur sens, estime-t-il. De base, les soldes brillent par leur courte durée et leur exclusivité.

…ou pas ?

Picture Organic Clothing, boutique de textiles du premier arrondissement, grince des dents à la vue de la nouvelle réforme. Conforme à leur ligne commerciale centrée sur des produits de montagne, le magasin souhaitait, au contraire, un décalage des périodes de soldes pour mi-février : un laps de temps relatif aux vacances de printemps donc plus bénéfique. ”Diminuer la durée des soldes ne change pas grand-chose pour nous, affirment les trois fondateurs de la boutique. Des promotions, il y en a toute l’année, mais avoir celles-ci courant février aurait été un vrai plus”.

à lire également
Des pas-de-porte des quartiers branchés au seuil de réseaux plus sages, une nouvelle génération de trentenaires est en train de monter à Lyon. Des entrepreneurs qui revendiquent la qualité de vie plus que l’argent comme idéal. Avec leurs codes novateurs des métiers du design et de la communication digitale, ils développent des concepts hybrides séduisants, mais bien rentables. Une jeunesse mondialisée difficile à étiqueter qui dépoussière sérieusement l’image du chef d’entreprise lyonnais traditionnel et ringardiserait presque celle du start-upper.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut