Ce samedi aucun rassemblement n’est annoncé sur la Presqu’île. Deux manifestations, dont une non déclarée, doivent se dérouler à travers les 6e, 3e et 7e arrondissement de Lyon. (Photo M.A.)

Sixième samedi de mobilisation pour les opposants au pass sanitaire à Lyon

Pour le sixième samedi consécutif, les opposants au pass sanitaire vont se mobiliser dans toute la France. À Lyon deux manifestations sont attendues entre les 6e, 3e et 7e arrondissements. L’une est déclarée, l’autre non et elle sera donc particulièrement surveillée par les services de l’État, afin d’éviter des débordements. 

Depuis le début de l’été, les samedis se suivent et se ressemblent à Lyon. Pour la sixième fois, comme dans le reste de la France, les opposants au pass sanitaire ou à la vaccination obligatoire de certains professionnels vont descendre dans les rues de la capitale des Gaules. Comme lors des week-ends précédents, deux manifestations sont annoncées, néanmoins la Presqu’île devrait être épargnée ce samedi 21 août. 

Un premier rassemblement a été déclaré auprès de la Préfecture, par "Coronafolie", et est relayé par plusieurs collectifs et partis politiques comme Union Essentielle, qui appel à la "Marche du grand réveil", ou encore le parti d’extrême droite de Florian Philippot, Les Patriotes. Les manifestants doivent s’élancer aux environs de 14 heures de la station de métro des Brotteaux, dans le 6e arrondissement de Lyon, en direction de Jean-Macé dans le 7e. Samedi dernier, le cortège avait déambulé dans le calme sur le même secteur et compté jusqu’à 1400 participants, selon la préfecture du Rhône.

Une manifestation non déclarée surveillée de près

À la même heure, un autre rendez-vous a été donné à quelques kilomètres des Brotteaux, rue du Lac dans le 3e arrondissement, au niveau de l’Hôtel de la Métropole de Lyon. Non déclaré, ce rassemblement a notamment été relayé sur les réseaux sociaux par le groupe libertaire Lyon Insurrection et des collectifs de Gilets jaunes. Outre le retrait du pass sanitaire et de l’obligation vaccinale, ils exigent aussi celui "de la loi de gestion de la crise sanitaire, de la loi sécurité globale, de la loi séparatisme et les autres mesures liberticides prises par le gouvernement", tout en demandant la levée des brevets sur les vaccins. 

Le week-end dernier, la manifestation non déclarée, à laquelle appelaient ces différents groupes, avait réuni près de 1400 personnes sur toute la presqu’île de Lyon, d’après la Préfecture. Les forces de l’ordre avaient dû faire usage à de nombreuses reprises de gaz lacrymogènes, pour disperser les manifestants, après qu’ils aient forcé le périmètre d’interdiction alors mis en place par le préfet Pascal Mailhos. 

Ce samedi, contrairement aux samedis précédents, la préfecture n’a pas pris d’arrêté établissant un périmètre d’interdiction de manifestation, car le rassemblement non déclaré doit se dérouler "hors de la Presqu’île", où il est habituellement déployé. Toutefois, les services de l’État entendent "ne pas baisser la garde" et resteront très vigilants tout au long de l'après-midi. "Le dispositif a été adapté" pour encadrer le cortège et éviter les débordements, soulignent les services du préfet.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut