David Clavière, préfet délégué pour la défense et la sécurité © Tim Douet
David Clavière, préfet délégué pour la défense et la sécurité © Tim Douet

Risques industriels majeurs à Lyon : quels signaux ? Comment se protéger ?

Le nouveau préfet délégué pour la défense et la sécurité a présenté, ce mercredi 14 novembre, la campagne de prévention face aux risques industriels majeurs en Auvergne-Rhône-Alpes. Comment reconnaître la sirène qui signale un risque ?

Dans le Rhône, 24 sites industriels sont répertoriés comme "à risques" par la nouvelle campagne d’information mise en place par la préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Présentée le 14 novembre, cette campagne vise à donner à la population les bons réflexes en cas de catastrophe industrielle. "Les accidents graves sont extrêmement rares, mais le risque zéro n’existe pas" prévient David Clavière, nouveau préfet délégué pour la défense et la sécurité. Une documentation, ciblée en fonction de la zone d’habitation, sera distribuée dans les boîtes aux lettres. Elle précise la nature des activités industrielles et les risques majeurs qu’elles peuvent entraîner localement. "L’objectif, c’est que chaque citoyen puisse se prendre en charge et ainsi faciliter les opérations de secours en cas d’incident grave".

Ne pas aller chercher ses enfants à l’école

Alors que faire en cas d’accident ? D’abord, la sirène retentit au rythme de trois cycles de 1 minute 41 secondes, espacés de 5 secondes de silence. A partir de ce moment-là, chaque habitant est invité à se mettre à l’abri dans le bâtiment le plus proche. Les consignes sont ensuite données par la radio sur les fréquences de France Bleu, France Info et France Inter, à la télévision ou sur les sites internet d’actualité.

Deux autres consignes sont à respecter : ne pas téléphoner, au risque d’encombrer le réseau et de compliquer la tâche des services de secours, et ne pas aller chercher ses enfants à l’école. En effet, les établissements scolaires sont entraînés à réagir à ce type d’événements. Les enseignants seront à même de mettre les enfants en sécurité le temps de l’alerte. De plus, cela peut mettre la vie des parents et des enfants en danger, suivant le type d’accident. Il faut noter que la fin de l’alerte est donnée par un son continu d’une durée de 30 secondes, émis par la même alarme qu’au début de l’incident.

Cette campagne s’inscrit sur la période 2018-2013. Elle est conduite par les industriels, à qui il revient d’informer la population, les collectivités locales et les services de l’Etat.

Pour plus d’information sur les sites industriels concernés et les gestes utiles : www.lesbonsreflexes.com

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut