La salle Rameau, reprise par la Compagnie de Phalsbourg, épaulée à la programmation par Scintillo, du groupe SOS dirigé par Jean-Marc Borello © Tim Douet / Charly Triballeau (AFP) – Montage LC
La salle Rameau, reprise par la Compagnie de Phalsbourg, épaulée à la programmation par Scintillo, du groupe SOS dirigé par Jean-Marc Borello © Tim Douet / Charly Triballeau (AFP) – Montage LC
Article payant

Reprise de la salle Rameau à Lyon : les bonnes affaires de l’ami de Macron

Après des mois de suspense, la salle Rameau a enfin trouvé repreneur. La Compagnie de Phalsbourg exploitera l’ancienne salle de billard ainsi que les deux étages pendant soixante ans, épaulée à la programmation culturelle par Scintillo, du groupe SOS dirigé par Jean-Marc Borello, proche du président Macron, qui préside la commission nationale d’investiture En Marche pour les élections européennes. Au cœur de la polémique, le géant du social poursuit son déploiement en terre lyonnaise, non sans inquiéter la maire du 1er, qui craint que le choix du jury d’appel d’offres n’ait été faussé par d’autres ambitions.

29 rue de la Martinière, dans le 1er arrondissement de Lyon, le paysage s’apprête à changer. Depuis sa fermeture en 2016, le bâtiment qui accueillait entre autres l’ancienne salle de billard s’empoussiérait au bas des pentes de la Croix-Rousse. Vent debout, le collectif Salle Rameau s’inquiétait de la disparition des salles de spectacles aux premier et deuxième étages de l’emblématique bâtiment de culture lyonnais. Les voilà rassurés. Le 4 octobre, après un appel d’offres lancé en décembre 2017, la ville de Lyon annonçait au public le nouveau visage de la salle Rameau. Cédée en bail emphytéotique pour une durée de soixante ans, elle redeviendra un espace culturel. Aux manettes, la Compagnie de Phalsbourg, à qui l’on doit le centre commercial The Village, à l’est de Lyon. Le projet prévoit une salle de spectacles d’une capacité de près de 900 places à l’étage, ainsi qu’un restaurant avec vue panoramique. Le rez-de-chaussée devrait accueillir des boutiques et des animations culturelles. La cession en bail emphytéotique rassure la maire du 1er, qui craignait que le patrimoine culturel de la ville ne disparaisse. Mais elle s’inquiète de la manière dont le projet a été sélectionné par le jury.

“Pour moi le marché est pipé”

Il vous reste 81 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également
Une halle culturelle, une salle de plus de 500 places, un restaurant panoramique. Le projet de la future salle Rameau a été dévoilé ce vendredi par Gérard Collomb, le maire de Lyon. Cet “Olympia à la Lyonnaise”, comme l’a décrit le porteur du projet, s'annonce déjà emblématique dans le bas des pentes et qui suscite quelques questions sur son incorporation au tissu culturel et musical lyonnais.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut