Qui va racheter l'ASVEL et le GPTL ?

Propriétaire de l'Asvel, du Marathon de Lyon ou du Grand Prix de Tennis de Lyon, Gilles Moretton cherche à vendre sa société depuis déjà quelques mois. Plus précisément il cherche à " s'associer pour se développer " nous a expliqué l'un de ses proches, " mais rien n'est fait ". Pourtant, depuis quelques jours, la presse s'emballe et annonce même une signature imminente avec le groupe Lagardère. Du côté de chez Gilles Moretton, on ne cache pas son agacement : " ces effets d'annonces sont là pour nous déstabiliser à quelques heures du match de l'Asvel contre Pau-Othez " qui aura lieu dimanche 4 mars. Pierre Seillant, le président du club des Pyrénées-Atlantiques, aurait même téléphoné à plusieurs contacts parisiens pour faire " fuiter " cette info avec pour seul objectif de mettre le management de l'Asvel sur " des baskets ardentes ". A l'Asvel on a constaté depuis quelques année, à la veille de ce match psychologiquement important, qu'il y avait toujours ce genre de " brouillages ". L'adjoint aux sports de la ville de Villeurbanne, Gilbert-Luc Devinaz, semble en être aussi convaincu : " Sans faire de parano, il y a quand même quelques bonnes raisons de s'interroger ".
Gilles Moretton fait monter la pression !
Quoiqu'il en soit les négociations ne sont pas une illusion... Elles ont bien lieu en ce moment entre Gilles Moretton et de grands groupes spécialisés dans l'évènementiel et le marketing sportif. Les deux plus importants seraient l'Américain AEG et le Français Sportfive propriété de l'industriel Arnaud Lagardère. Gilles Moretton fait déjà partie de la structure Spotfive dont il est actuellement le vice-président. Cette société gère les droits TV et les recherches de sponsoring pour la quasi-totalité des clubs de foot français et réalise plus de 800 millions d'euros de chiffre d'affaires. Elle cherche à développer son secteur événementiel et a demandé à Gilles Moretton de diriger l'entité " Lagardère Events ". Le GPTL et l'Asvel auraient donc toute leur place dans cette structure. Mais apparemment Gilles Moretton hésite et regarde ailleurs, car il ne semble pas très chaud par la nouvelle stratégie de Sportfive et d'Arnaud Lagardère : " Il ne veut pas faire une opération de cash et s'en aller. Il veut assurer le développement des manifestations lyonnaises, avoir des garanties et y participer ". Même une option purement lyonnaise serait à l'étude, notamment avec l'OL et Jean-Michel Aulas ainsi qu'avec GL Events, le groupe d'événementiel d'Olivier Ginon. Il y a donc du monde dans le panier des négos et le gagnant devra, pour l'emporter, faire un chèque de plusieurs millions d'euros.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut