PV
© Tim Douet

PV de stationnement : les pervenches lyonnaises seront équipées de tablettes

A partir de l'an prochain, la brigade stationnement sera équipée de mini I-Pad remplaçant les carnets de souche. Les contrevenant recevront le PV chez eux.

Fini le carnet à souche. Les pervenches ne pourront plus dire au contrevenant contrit ou contestataire qu'elles ont déjà commencé à remplir le PV et qu'il est trop tard pour l'annuler. A partir du 1er trimestre 2012, les agents lyonnais disposeront de tablettes, sortes de mini I-Pad dédiés à l'établissement de PV.

31 villes l'ont expérimenté depuis novembre 2009. Satisfait des résultats, le gouvernement a décidé de généraliser le procédé, s'engageant à dédommager de la moitié des frais d'équipement pour les communes intéressées. Lyon s'est portée candidate pour l'adopter rapidement. 150 appareils sont déjà commandés.

62 % de recouvrement à Lyon

Concrètement les données sont télé-transmises en direct au centre national de traitement de Rennes. C'est lui qui édite ensuite la contravention et l'envoie par courrier au contrevenant. Voilà qui évite certains désagréments pour ceux qui, sanctionnés, n'ont jamais retrouvé de papillons sur leur pare-brise et découvrent l'amende et la majoration en même temps. Ces tablettes éditeront cependant une forme papier de l'amende, déposée sous l'essuie-glace.

Le "PVe" présente de nombreux avantages, parmi lesquels le transfert à l'Etat des tâches administratives. Les agents sont aussi moins soumis aux aléas météorologiques (de l'art de signer un PV sous une pluie battante...) et surtout aux erreurs de rédaction - coquilles qui permettent aux automobilistes de contester. "Cela permet d'avoir un taux de recouvrement bien plus important. Il est déjà de 62 % à Lyon", explique un collaborateur de Jean-Louis Touraine, adjointe en charge de la sécurité. Ce taux de 62 % correspond aux personnes qui s'acquittent de leur amende spontanément. Les autres dossiers sont transmis à l'Etat qui gèrent les relances et les recherches d'adresses.

Autre "bonne" nouvelle : l'amende passe à 17 euros au 1er août (contre 11 jusqu'à maintenant). Mais Gérard Collomb et Jean-Louis Touraine n'y sont pour rien : c'est le ministère qui a tranché.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut