Près de trois quarts des Français ne sont pas attachés au Sénat

À peine plus d'un Français sur quatre se déclare attaché au Sénat. Un sentiment qui touche, dans une moindre mesure, les principales institutions politiques de la Ve République.

Face à la crise des institutions politiques dans l'opinion, le Sénat est souvent la victime idéale de ceux qui proposent une profonde refonte de la vie politique française.

Une vision qui semble avoir pris corps dans l'opinion publique. L'enquête d'opinion Ifop-Fiducial pour Sud Radio et Paris Match montre que seules 28 % des personnes interrogées se disent attachées au Sénat, qui est en fin de liste des institutions et symboles auxquels tiennent les Français, classement dominé par la langue française ou l'école gratuite et obligatoire.

Le Sénat cristallise la défiance des Français envers les institutions politiques, sentiment qui se retrouve également dans leur attachement à l'Assemblée nationale (46 %) et au président de la République (48 %).

Sondage réalisé du 16 au 20 septembre 2016, par questionnaire auto-administré en ligne, auprès d'un échantillon de 1505 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

À lire aussi :

- Pour 70 % des Français, l'immigration est plus un fardeau qu'un atout

- Les Français plus attachés à leur baguette de pain qu'à leurs institutions républicaines

- 1 Français sur 2 craint que les musulmans deviennent des boucs émissaires

- Le modèle social plébiscité, le modèle républicain en panne

- En 2016, les Français ont basculé dans le pessimisme

à lire également
Ce lundi matin un car en provenance de Milan en Italie a été immobilisé en gare de Perrache. Le chauffeur du bus était suspecté d'être porteur du coronavirus. Selon l’Agence régionale de santé Auvergne-Rhône-Alpes, les tests se sont révélés négatifs. 
1 commentaire
  1. Robes Pierre - 19 octobre 2016

    qui connait le sénateur de sa circonscription faites l'enquête , faites aussi tant que vous y êtes chiffrer le coût du Sénat , les privilèges, passe droit dont ils bénéficient, une institution à réformer profondément , élus au suffrage direct pour 5 ans , deux mandats maximum dans toute son existence, cumul de deux indemnités d'élus impossible, droit à la retraite calculée sur un seul mandat électif, suppression des fonds dont l'élu dispose à sa guise. On se rendra compte alors que l'attachement au poste est moins 'captivant'.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut