@WilliamPham

Près de Lyon : un homme se faisant passer pour un policier tire sur la police

Une fusillade a éclaté samedi après-midi, entre des policiers et un homme d’une trentaine d’années à Saint-Étienne. Originaire de Vénissieux, l’individu se faisait passer pour un policier afin de voler des passants. Il a été gravement touché par les forces de l’ordre qui n’ont pas été blessées.

Entre course poursuite et échanges de coups de feu, samedi 7 août la quiétude du centre-ville de Sainte-Étienne a été perturbée par une intervention des forces de l’ordre pour le moins originale. Il était environ 17 heures samedi lorsque des agents de la Brigade anti-criminalité (BAC), ont voulu procéder à l’interpellation de deux individus dans le quartier de Mimart, qui se faisaient passer pour des policiers afin de soulager les passants de leurs effets personnels, rapporte France-Bleu.

Pris sur le fait, alors qu'il était en train de palper une personne d'une soixantaine d'années, l’un des deux hommes s’est immédiatement rendu aux policiers, à l’inverse de son compère qui n’a pas hésité à prendre la fuite en direction du centre-ville de Saint-Étienne. Dans sa cavale il aurait fait feu à de multiples reprises sur les fonctionnaires de police lancés à ses trousses, sans les toucher. En revanche les tirs de riposte des agents l’ont blessé à cinq reprises, aux jambes et au ventre selon nos confrères du Progrès. 

Une arme de poing non létal

Après son interpellation, les policiers ont découvert que l’arme de poing dont il avait fait usage était en fait "non létal". Selon le quotidien régional il s’agirait d’un pistolet à bille, "mais l'intention de toucher les policiers était claire", soulignait dimanche le procureur de la République. 

Les jours de l’individu gravement blessé par les policiers n’étaient plus en danger dimanche, après une opération, et il a pu se voir notifier sa garde à vue jusqu’à lundi soir, tout comme son acolyte. Âgé de 29 ans, le tireur, déjà connu des services de police et de la justice, est originaire de Vénissieux, en périphérie de Lyon, précise France-Bleu. 

Une enquête, confiée à la police judiciaire, a été ouverte pour des faits "d'usurpation de fonction et tentative d'homicide sur des agents des forces de l’ordre" et le duo devait être déféré ce lundi en vue d’une mise en examen.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut