Eric Piolle, le maire écologiste de Grenoble. @AFP

Près de Lyon : Éric Piolle, le maire EELV de Grenoble, placé en garde à vue 

Selon une information de nos confrères du Dauphiné Libéré, le maire EELV de Grenoble, Éric Piolle, est entendu depuis ce mardi matin dans le cadre d’une enquête pour des soupçons de favoritisme dans l'attribution d'un marché public. 

Le maire de Grenoble Éric Piolle, Europe-Écologie-Les-Verts, est entendu depuis ce mardi matin, sous le régime de la garde à vue, dans les locaux de la police judiciaire de Valence (Drôme), révèlent nos confrères du Dauphiné Libéré. Une source proche du dossier a confirmé à l’AFP que l’édile a été convoqué par les enquêteurs de la brigade financière, dans le cadre d’une enquête préliminaire pour des soupçons de "favoritisme" dans l’attribution d’un marché public. 

L’attribution de la "Fête des Tuiles" ciblée

En 2018, la municipalité écologiste avait fait l'objet d'un signalement de la Chambre régionale des comptes, qui avait conclu à "plusieurs irrégularités importantes" dans la passation de marchés publics pour l'organisation de la "Fête des Tuiles", précise l’AFP, un événement qui se tient chaque année à Grenoble depuis l'élection d’Éric Piolle en 2014. Un temps suspendu, en raison des élections municipales, l’enquête doit permettre de déterminer si l’association Fusées a été privilégiée par la Ville, en se voyant attribuer l’organisation des éditions 2015 et 2016 de la "Fête des Tuiles".

Éric Piolle doit justifier auprès des enquêteurs l’attribution de ces marchés publics, d’un montant de 123 000 euros pour le premier et de 128 000 euros pour le second, détail Le Dauphiné Libéré. Une plainte contre X pour "favoritisme" avait également été déposée en 2019.

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut