Réfugiés albanais plan Grand Froid janvier 2017 © Tim Douet_0047
© Tim Douet

Plan grand froid : 340 places d'hébergement mobilisées

Alors que cette semaine une nouvelle vague de froid va toucher la région lyonnaise, la préfecture du Rhône a annoncé la mobilisation de 200 places d'hébergement supplémentaires, à Lyon et à Oullins.

Début janvier, la préfecture du Rhône avait mobilisé en urgence le gymnase Chanfray, dans le 2e arrondissement, capable d'accueillir 140 personnes. En prévision de la vague de froid qui va toucher la région lyonnaise cette semaine, le plan grand froid a finalement été renforcé. De quoi répondre aux craintes des associations d'aide aux personnes sans-abris.

Un deuxième gymnase réquisitionné

Après avoir jugé non-nécessaire l'ouverture d'un deuxième gymnase, le gymnase Clémenceau, dans le 7e arrondissement, a été mobilisé aujourd'hui, en accord avec le sénateur-maire de Lyon Gérard Collomb. En plus de ces 140 places d'hébergement supplémentaires, 30 places ont été ouvertes dans une salle de sport d'Oullins et 30 autres à Lyon avec l'aide du diocèse.

Des places qui tardent à ouvrir pour des raisons de sécurité

Au total, le plan grand froid comptabilise à présent 340 places d'hébergement. Auxquelles il faut ajouter les places prévues dans le cadre du dispositif hivernal, actif du 1er novembre au 1er avril. D'après la préfecture, 600 places seraient également disponibles dans ce cadre. Même si, pour des raisons de sécurité, certaines places tardent à être disponibles. Sur les 100 places prévues à Givors, seulement 30 sont accessibles pour le moment, en raison d'un risque d’incendie dans la structure.

La préfecture recommande d'être vigilants

La préfecture a également demandé aux forces de police et de gendarmerie, ainsi qu'aux sapeurs-pompiers, de se montrer vigilants durant leurs patrouilles, afin de pouvoir repérer et venir en aide aux sans-abris. En cette période de grand froid, chacun doit se montrer vigilant sur la situation des personnes fragiles et démunies. En cas d'urgence, ne pas hésiter à appeler le 115.

Lire aussi : Migrants : un centre d’hébergement “utilisé comme centre de rétention”

à lire également
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut