Parc sergent Blandan : le visage du nouveau poumon vert de Lyon

EN IMAGES - Après le parc de la Tête d’Or, Lyon s’offre un second poumon vert. À cheval sur les 3e, 7e et 8e arrondissements, le parc Sergent-Blandan commencera sa mutation le 20 août prochain. Objectif : transformer l’ancienne caserne en un véritable parc urbain, ponctué, entre autres, par un solarium, un mur de jeux et une passerelle piétonne.

C’est un poumon vert de 17 hectares qui devrait émerger en 2013, à la lisière du 3e, 7e et 8e arrondissement. Une oasis de verdure, dont les travaux débuteront le 20 août prochain, qui apportera un peu de nature aux 50 000 habitants du secteur. Et s’il est six fois plus petit que son aîné de la Tête d’Or, le parc Sergent-Blandan sera tout de même doté de trois espaces distincts : un lieu de repli ouvert sur la ville au nord, l'espace central, perché, avec une vue panoramique vers le sud et la zone ‘nature’ en contre-bas. Pas de piscine, ni de centre nautique comme il avait pu être évoqué à la genèse du projet.

Et si l’aménagement consacre une nouvelle fonction à cette ancienne caserne, hors de question de se débarrasser de l’intégralité du bâti existant, dont le château fort, érigé au 15e siècle.

Une place polyvalente (1). C'est une mini-Bellecour qui se tient sur l'ancienne place d'armes. Cet espace dégagé sera ouvert de jour comme de nuit. Autour, une voie de desserte va être créée depuis la rue du Repos. On trouve sur les flancs de la place des bâtiments qui seront conservés, vraisemblablement pour être convertis en logements étudiants. Non loin, se niche un square de proximité (2), surtout destiné aux riverains.

"La Vague des Remparts". Entre l'école Sardou et la place polyvalente, une aire de jeux (3) prend la forme originale d'un mur en bois courbe finissant à la verticale. Il héberge un réseau de passages secrets qui débouchent sur des niches, d'où les enfants dévaleront par des toboggans.

Solarium, jardin d'ombre et pelouse centrale. Le fort qui date du début du 19e siècle n'a pas un grand intérêt patrimonial. Il n'empêche, le cabinet en conserve ses remparts qui fonctionnent comme des paravents, compartimentant les espaces.

C'est la partie centrale du parc Sergent Blandan. L'un des bâtiments, au sud, est rasé pour dégager la vue depuis la pelouse centrale (4). Sur la partie est, se dresse une terrasse (5). De part et d'autre, les ailes sont arasées, ne conservant que leur rez-de-chaussée. Elles sont végétalisées et agissent comme des murs anti-bruits. Sur le bastion sud du fort, les amateurs de bronzettes trouveront un solarium (6), avec transats et plages de pétanques. Le nord est à l'inverse un repère de fraîcheur, avec le jardin d'ombre (7).

Une passerelle piétonne (8). Accessible aux personnes à mobilité réduite, elle se fraye un passage entre les arbres, proche du jardin d'ombre. Elle raccorde le fort et la future entrée située au boulevard des Tchécoslovaques.

La plaine des douves (9). Au fil des années, les douves ont été remblayées. Le projet propose de les décaisser d'1,50 mètre pour créer une grande prairie, adaptée aux pique nique et aux jeux de ballons.

Le Glacis (10). La partie sud-est est couverte de dalles. Elle sera demain le laboratoire expérimental de la reconquête de la nature sur la ville. Les pierres seront "perforées, scarifiées, rainurées" pour les rendre fertiles. Et l'on verra des herbes folles et des arbustes progressivement reprendre leur droit.

1 commentaire
  1. Blabla - 3 septembre 2012

    Effectivement, très beau projet, dommage de ne pas avoir fait la même chose sur 1/3 à 1/4 du quartier Part-Dieu, lorsque là aussi l'ex casernes s'est libérée. Rêvons un peu, (très fort), un couloir vert de Tête d'Or à Gerland, à l'intérieur des terres en // aux quais de Rhône ...

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut