Où le pouvoir d'achat devient politique

Une 9e édition qui a pour thème " toujours moins cher mais à quel prix ? ". La quinzaine du commerce équitable débute le 9 mai, par ailleurs journée mondiale du commerce équitable, et s'achève le 24, avec l'espoir d'avoir convaincu plus de consommateurs de l'importance de leurs achats.

Chaque fruit, chaque légume, chaque épice possède maintenant ses alter ego biologique ou estampillé commerce équitable. Des caractéristiques inconnues il y a dix ans encore et qui remplissent désormais les têtes de gondoles. Les supermarchés sont les lieux où s'achètent désormais massivement ces achats réfléchis.

Les produits " commerce équitable " amènent le consommateur à prendre du recul vis-à-vis de la mondialisation. En effet, ils rémunèrent les paysans du Sud indépendamment des cours mondiaux des matières premières. Mais il existe plethore de labels certifiant un commerce équitable. Devant les rayons des grandes surfaces, les visages peuvent devenir perplexes. Qui a produit ? Comment ? A quel prix ? Les questions demeurent en suspens. Olivier Mesnard, président de l'association Artisans du monde plaide pour des structures coopératives à même de répondre aux interrogations, car l'achat équitable découle d'une " démarche active ". Ils faut se renseigner, connaître. " C'est ainsi que j'interprète le sens de pouvoir d'achat ", poursuit-il. Le président d'Artisans du Monde Vieux Lyon y voit même " un outil de transformation de la société ".

Acheter, un acte réfléchi

" L'important est d'apporter le plus de transparence possible sur la provenance des ingrédients et leurs étapes de transformation ". Cette année, Olivier Mesnard est le coordinateur lyonnais de la quinzaine du commerce équitable. Pour que les vendeurs puissent discuter avec les consommateurs, un marché est prévu le 9 mai, place Jutard. Ce samedi là, la fosse aux ourses accueille les étales des boutiques de commerce équitable de Lyon pour un spectacle coloré et odorant. Comme déchargées d'un voilier arrivant au port, les cargaisons de grains de café le disputeront aux vêtements en coton. Ce sera l'occasion de discuter. D'après un autre militant associatif d'Artisans du Monde, " ce système donne les moyens aux petits producteurs du Sud de se développer durablement ".

Peut-être politique, le commerce équitable n'en reste pas moins un partenariat commercial qui vise à l'amélioration des conditions des travailleurs du Sud. Le but est de protéger les paysans des variations des prix mondiaux des matières premières. Touchée de plein fouet par ce phénomène, la filière du coton fera l'objet d'une conférence et d'expositions, du lundi 11 mai au mercredi 20, à la Maison Rhodanienne de l'environnement. Tandis que la crise financière secoue nos sociétés et souligne une crise morale, les structures militant pour un commerce équitable demeurent d'actualité.

Stéphanie Ména

Retrouver le programme complet des manifestations sur www.quinzaine-commerce-equitable.frlien

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut