Nouvel éboulement du mont Granier

Il s'agit du troisième éboulement de ce relief du parc régional de Chartreuse, à cheval sur l'Isère et la Savoie, depuis le début de l'année.

L'éboulement s'est produit ce samedi matin sur la face nord du mont Granier. Il s'agit du troisième incident de la sorte depuis le début de l'année 2016. En janvier dernier, c'est une plaque de 170.000 mètres cubes qui s'était décrochée de la montagne. La semaine dernière, suite à un deuxième éboulement, la préfecture avait incité les municipalités sur le territoire desquelles se situe le relief à prendre des arrêtés interdisant l'accès aux randonneurs.

Ce sont les habitants qui ont été alertés les premiers, par le bruit sourd de la roche qui tombait. Les élus de la commune de Chapareillan, en Isère, sur laquelle s'est produit l'incident, n'ont pas tardé à confirmer l'information, et à dépêcher des moyens humains sur place.

100.000 mètres cubes de roches en poussière

Quelque 100.000 mètres cubes de roches éboulés. Les services de Restauration des terrains de montagne (RTM), qui ont donné cette estimation, survolent toujours les lieux pour tenter d'évaluer l'ampleur de l'éboulement. Ils sont accompagnés de sapeurs pompiers, qui recherchent de leur côté d'éventuelles victimes. A priori, aucun dégât humain ni matériel (routes, habitations...) n'est à déplorer.

 

Reste que le spectre du glissement de terrain qui avait provoqué la disparition d'une partie du mont Granier en 1248 plane plus que jamais dans les esprits de la région. L'incident avait alors fait un millier de morts selon les historiens. Il est aujourd'hui considéré comme l'un des plus importants éboulements d'Europe.

Lire aussi : Léger tremblement de terre en Savoie
à lire également
Le Tour de France est encore dans la région ce mardi. La 16e étape du Tour part de la Tour-du-Pin et traverse le département de l'Isère pour arriver à Villard-de-Lans. Un parcours montagneux, favorable aux baroudeurs, aux puncheurs et aux grimpeurs.
Faire défiler vers le haut