Nouveaux licenciements en 2010

Les entreprises qui ne l'ont pas encore fait risquent de licencier en 2010“, indiquait mercredi 4 novembre Patrick Martin, président du syndicat patronal Medef en Rhône-Alpes qui s'exprimait sur la situation de l'emploi dans le Rhône. Dans ce contexte morose, le Medef a réaffirmé son engagement en faveur de l'emploi des jeunes.

Rez de chaussée des locaux du Medef à Lyon, 60 avenue Jean Mermoz (8ème). Une centaine de jeunes étaient invités mercredi 4 novembre à rencontrer une dizaine d'entreprises. Le Medef les avait mis en relation, en s'appuyant sur les missions locales pour l'emploi et espérait ainsi favoriser l'embauche de vingt à vingt-cinq d'entre eux, à l'issue des entretiens organisés.

C'est une goutte d'eau dans l'océan, notait Bernard Fontanel, président du Medef Lyon-Rhône, mais c'est mieux que rien en période de crise“. Le Medef qui représente 400 entreprises et 32 branches professionnelles dans le Rhône a fait marché son réseau pour aider les jeunes. En juin, il l'avait déjà fait pour les seniors, en partenariat avec les pôles emplois. Deux forums pour l'emploi sont ainsi organisés par an.

En effet, face à la crise qui dure, le Medef souhaite notamment se concentrer sur l'emploi des jeunes “pour préparer l'après crise“. La direction départementale du travail a noté une baisse de 7 % du nombre de contrat d'apprentissages signés à la rentrée 2009 par rapport à la rentée 2008. Un constat inquiétant pour le syndicat patronal qui encourage les jeunes à entrer en apprentissage et précise que 79 % des jeunes qui ont obtenu un diplôme par ce biais en 2008 ont obtenu un CDI à l'issue de leur formation.

Aucun signe spectaculaire de reprise

La crise, malheureusement en 2010, va encore se poursuivre, selon le Medef. Ce qui n'est pas fait pour favoriser l'embauche des jeunes en contrat d'apprentissage et encore moins en CDI.

Il n'y a “aucun signe spectaculaire de reprise“, notait mercredi 4 novembre Patrick Martin président du syndicat patronal Medef en Rhône-Alpes. Les entreprises seraient plutôt “dos au mur financièrement “, a expliqué le syndicaliste. “Les chefs d'entreprises ont commencé par réduire leurs frais généraux l'année dernière, puis leurs investissements, et maintenant c'est l'emploi qui va trinquer“, a poursuivi Bernard Fontanel, du Medef Lyon Rhône. “Ils ont tiré sur la corde pour préserver leurs emplois en 2009, ils vont devoir procéder aux licenciements auxquels ils n'ont pas procédé en 2009“, a regretté Patrick Martin.

Le Medef en outre, a rajouté que l'activité avait bien plus chuté que l'emploi en 2009. Pour preuve, les capacités de production des entreprises du Rhône seraient exploitées en moyenne à 70 % actuellement, contre plus de 85 à 90 % fin 2008. Certaines entreprises emblématiques de la région seraient même au plus mal, avec 30 % de capacités de production actives en ce moment, comme Renault Trucks qui ne vend pas de camions.

La réforme de la taxe professionnelle y changera-t-elle quelque chose l'année prochaine ? Certainement pas regrette le Medef selon lequel seul “un horizon plus dégagé“ pourrait engager les chefs d'entreprises à investir en 2010.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut