Les mineurs étrangers isolés qui squattent l’ancien collège Maurice-Scève à la Croix-Rousse ne seront pas expulsés. ©Tim Douet

Mineurs étrangers isolés : Maurice-Scève ne sera pas évacué

Le tribunal administratif de Lyon a rendu ce mardi 16 octobre sa décision concernant le squat de l’ancien collège Maurice-Scève à la Croix-Rousse par des mineurs étrangers isolés : la demande de la Métropole de Lyon d’évacuer immédiatement le site a été rejetée.

Depuis le 25 septembre, des mineurs étrangers isolés ont investi le site de l’ancien collège Maurice-Scève à la Croix-Rousse. La Coordination Urgence Migrants (Cum) et un collectif d’habitants sont à la manœuvre de cette occupation, avec l’appui de membres de mouvements libertaires. La Métropole de Lyon, en sa qualité de propriétaire des lieux, avait porté l’affaire devant le tribunal administratif, demandant l’expulsion immédiate des squatteurs. L'audience a eu lieu lundi 15 octobre et le juge des référés a rendu son ordonnance ce mardi. Il rejette toute expulsion immédiate et estime dans sa décision que la Métropole de Lyon "n’a pas établi comme elle en a la charge qu’une situation d’urgence justifierait que soit ordonnée l’expulsion demandée".

Pour le président de la Cum, Jean-Paul Vilain, c’est une victoire. "Juridiquement, c’est une grande victoire. Nous avions demandé un délai de neuf mois, mais on obtient plus, puisque la demande est rejetée (…). On a gagné proprement. C’est la première fois que je vois une demande rejetée sur tous les points : urgence, sécurité et risque avec le voisinage."

Les mineurs et ouvreurs du squat vont maintenant continuer d'occuper les lieux et de les aménager, afin d’améliorer leurs conditions au quotidien. "On peut avoir de bonnes conditions" estime Jean-Paul Vilain. Ce dernier s’attend cependant à des entraves matérielles de la part de la Métropole, qui pourrait techniquement couper l’eau ou l’électricité sur le site.

à lire également
Trente personnes ont été interpellées dans la nuit de vendredi à samedi. Huit d’entre elles se disent mineurs isolés étrangers, presque toutes sont accusées d’avoir volé un téléphone portable.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut