Des bénévoles tentent d’organiser le squat pour accueillir au mieux ces mineurs étrangers isolés © Tim Douet

Mineurs étrangers isolés : décision lundi pour le squat de la Croix-Rousse

Depuis le 25 septembre, des dizaines de mineurs étrangers ont investi l’ancien collège Maurice-Scève à la Croix-Rousse. Le tribunal administratif doit rendre une décision ce lundi 15 octobre concernant l’expulsion, ou non, des squatteurs.

Environ 80 jeunes, venus d’Afrique subsaharienne et pour la plupart mineurs, dorment depuis deux semaines dans les locaux de l’ancien collège Maurice-Scève à la Croix-Rousse. Ce bâtiment, vide depuis plusieurs années, a été réquisitionné par la Coordination Urgence Migrants (Cum) et un collectif d’habitants, avec l’appui de membres des mouvements libertaires, "plus habitués à ouvrir des squats".

Les responsables de la Cum auraient préféré une solution avec une convention de mise à disposition d’occupation précaire ou temporaire, mais c’était ça ou "la rue" pour ces mineurs étrangers isolés. "On ouvre le squat pour que la Métropole prenne ses responsabilités, ajoute l’un des ouvreurs du site. On pallie une faille du système."

Passage obligé à leur arrivée sur le territoire, ces jeunes ont passé une évaluation qui détermine s’ils sont réellement mineurs. Ils sont pour la plupart dans l’attente du résultat de ce test, ou contestent un refus. "Il faut que l’aide à l’enfance s’en occupe. Ils ne retourneront pas de là où ils viennent !", s’insurge une habitante, membre du collectif.

L'une des occupations sur le squat : jouer au foot

Des conditions précaires

Depuis qu’ils ont pris possession des lieux, les bénévoles voient le nombre d’accueillis grandir. Sans eau ni électricité durant les deux premières semaines, les conditions ont d’abord été très précaires. "Ça y est, il y a la lumière et l’eau devrait aussi arriver", exprime avec soulagement Jean-Paul Vilain, président de la Cum. "Dans la théorie, on aimerait ouvrir plus de lieux comme cela, pour ne pas se retrouver sur des lieux d’habitats collectifs trop importants, poursuit Jean-Paul Vilain. On souhaite limiter la population sur ce site".

Les squatteurs reçoivent l'appui des habitants qui font des dons tous les jours

Les squatteurs reçoivent l'appui des habitants qui font des dons tous les joursMême si les bénévoles tentent d’organiser le quotidien et les conditions d’accueil à Maurice-Scève, tout peut s’arrêter lundi prochain. Le 15 octobre à 11h, le tribunal administratif décidera d’expulser ou non les squatteurs. Jean-Paul Vilain espère pouvoir rester, si possible en signant une convention de mise à disposition du site.

à lire également
Le tribunal administratif de Lyon a rendu ce mardi 16 octobre sa décision concernant le squat de l’ancien collège Maurice-Scève à la Croix-Rousse par des mineurs étrangers isolés : la demande de la Métropole de Lyon d’évacuer immédiatement le site a été rejetée. Depuis le 25 septembre, des mineurs étrangers isolés ont investi le site de […]

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut