Michèle Picard
© Tim Douet

Michèle Picard signe de nouveaux arrêtés anti-expulsion

Michèle Picard, maire de Vénissieux (PCF), a de nouveau signé des arrêtés anti-expulsion, interdisant également les "coupures d’eau et d’électricité" et les "saisies immobilières". Une "instrumentalisation odieuse de la misère", selon Christophe Girard, président du groupe Rassemblement pour Vénissieux.

"Les expulsions de personnes en fragilité pour assurer les charges de loyer sont interdites sur le territoire de la commune". Signés le 28 avril par Michèle Picard, les arrêtés "pour le droit à une vie digne" préconisent une interdiction de coupures d’eau et électricité, de saisies immobilières, ainsi que d’expulsions pour loyers impayés. Revus chaque année au tribunal administratif depuis 25 ans, les arrêtés sont systématiquement annulés, mais ne découragent pas Michèle Picard. "Ce n’est pas qu’une question de principe, les arrêtés sont un procédé supplémentaire au travail en amont".

Pour Christophe Girard, président du groupe Rassemblement pour Vénissieux, il s’agit d’une "instrumentalisation odieuse de la misère". La démarche de Michèle Picard ne serait qu’une "tromperie" : "tout le monde sait que si une telle interdiction entrait en vigueur elle créerait une crise du logement […] : quel propriétaire accepterait de louer un appartement ?" M. Girard demande un "meilleur travail fait en amont", à l’instar de Lofti Ben Khelifa, du groupe des élus Socialistes et Républicains, pour qui "le problème du mal logement ne se règle pas en un jour avec un arrêté". Le président du groupe met également le doigt sur l’absence de démarche de la préfecture qui devrait "réquisitionner des terrains […] pour permettre la construction de logements sociaux".

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut