Mgr Barbarin relance le débat sur l'Hôtel-Dieu

Les opposants au projet municipal viennent de trouver un renfort de poids. L'archevêque de Lyon défend le maintien au cœur de Lyon "d'une place pour la santé des pauvres". Il entend faire pression sur les deux candidats retenus par la Ville pour la rénovation du site qui semblait dédié au luxe. Le cardinal compte obliger Gérard Collomb à revoir sa copie.

Il n'avait sans doute pas laissé toutes ses forces dans la course. A l'arrivée du marathon de Lyon, Mgr Barbarin s'est confié ce dimanche à notre confrère du Progrès. "Dans son programme, Gérard Collomb avait dit «  je veux garder à l'Hôtel-Dieu des soins ambulatoires et une place pour la santé des pauvres ». Je suis sûr qu'il pense ce qu'il a écrit ; qu'il ne l'oublie pas", intime l'homme d'église (lire ici).

"Pas un carré d'or en plein milieu de Lyon"

"Nul ne lui reprochera de ne pas tenir tous ses promesses. En tenir la moitié, ce serait bien. Il parle souvent de mixité sociale. Il ne va pas faire un 'carré d'or' en plein milieu de Lyon !", poursuit-il, qualifiant Collomb "d'"humaniste", comme pour atténuer ses propos. C'est en réalité la 3e charge de l'archevêque en cette rentrée, après des interviews à TLM et à RCF. A la radio, il avait souligné que l'Hôtel-Dieu, c'était "mille ans d'histoire d'accueil des malades et de différentes pauvretés". Et de rappeler la signification étymologique du mot : "Dieu a une maison pour vous, là où il n'y en a pas (de maison, NDLR) pour vous". La parole du cardinal est légitime, tant l'histoire de l'Hôtel-Dieu et celle du diocèse sont intimement liées. Au début du 20e siècle, il y avait encore plusieurs centaines de religieuses à l'intérieur qui faisaient office d'infirmières, rappelle le diocèse.

Le maire lui avait répondu, soulignant les contraintes financières qui pèsent sur la ville, justifiant son appel au privé. "Je suis comme Mgr Barbarin, j'ai l'espérance du ciel et les contraintes de la Terre", avait lâché le maire de Lyon. Une phrase que Mgr Barbarin a jugé "plus rigolote que profonde", espérant que Collomb "a aussi quelque espérance pour la Terre". Il conclut en l'apostrophant, citant le film de Xavier Beauvois, Des hommes et des Dieux : "Tu n'as pas été élu pour que tu décides tout seul".

"Le sujet aurait été plié si..."

La sortie de Mgr Barbarin n'a rien d'anecdotique. Sa parole politique est rare, et n'en a que plus de poids. Le cardinal a toujours suivi de près le dossier, laissant d'abord le père Duffé s'impliquer dans le projet de Pôle régional de promotion de la santé porté par la société civile. Celui-ci rassemblerait sur le site de l'actuel hôpital chercheurs, travailleurs sociaux et associatifs dans le but de promouvoir la santé, intégrant les problématiques d'environnement, d'alimentation, de rythme de vie ou de prévention. Délégué épiscopal à la Pastorale de la Santé, le père Duffé est un peu le ministre de la Santé de Mgr Barbarin et gère par exemple les aumôniers du diocèse. Il porte donc la parole du cardinal.

Deuxième étape : au printemps, Mgr Barbarin a pris langue avec Gérard Collomb pour le convaincre d'amender son projet. Sans effet. Alors en cette rentrée, il a choisi de prendre part au débat et d'exprimer une position publique. Le timing est bien choisi alors que la Ville a retenu deux équipes chargées de plancher sur la rénovation de l'Hôtel-Dieu (lire ici). "On s'attendait à un choix définitif du maire. Il faut donc lire l'intervention de Mgr Barbarin comme un appel aux deux candidats pour qu'ils intègrent le projet de Pôle régional. C'est aussi un message pour le jury", souffle un collaborateur de l'archevêque. Pour Mgr Barbarin, sur les 40.000 m2 compris dans la rénovation, 3000 m2 devraient être dédiés à l'accueil des pauvres. Cette prise de position change la donne dans un dossier qui paraissait bien ficelé. "Le sujet aurait été plié s'il n'avait pris la parole", assure un collaborateur du cardinal. Voilà donc le débat relancé.

Lire sur le même sujet : "Hôtel-Dieu : le choix sera entre Hyatt et Intercontinental"

17 commentaires
  1. Patrick - 6 octobre 2010

    Merci au Cardinal de son intervention.Comme le retranscrit cet article, au delà de l'aspect spirituel et catholique de son appel, c'est aussi le devoir de mémoire des sites et de l'histoire de la ville qui est ici défendu.Puisse ce second aspect faire consensus pour rappeler la belle histoire chrétienne de notre ville et la partager, demain, avec nos enfants.Il est néanmoins stupéfiant de voir Mgr BARBARIN devoir pareillement insisté pour être entendu sur ce point de simple bon sens : l''humanisme' de Monsieur COLLOMB me paraît pour trop relatif.

  2. jerome manin - 6 octobre 2010

    l'humanisme tel que diffusé par l'omnipotent service de communication n'est qu'un message publicitaire à destination des adeptes du bonbilan.

  3. Battling - 6 octobre 2010

    Sur ce dossier, Il me semble surtout que Gérard Collomb a les espérances de la terres et les contraintes du ciel ;-)On remerciera Mgr Barbarin d'avoir fait entendre l'évidence, partagée du reste tant par des athées que par des croyants.

  4. Marco F. - 6 octobre 2010

    Assez surprenante cette réaction...Monsieur BARBARIN a grand peine en entretenir ses églises, sollicite la ville de Lyon pour les reconvertir ou les rénover, et s'épanche dans la presse sur l'hôtel-Dieu.Bizarre...

  5. arnaud l - 6 octobre 2010

    Rien à taper... loi de 1905, un archevêque n'a pas à chercher à s'immiscer dans un choix politique.Lyon Capitale devrait le rappeler plutôt que de lui donner ainsi la parole.La séparation de l'Eglise et de l'Etat, dans la ville capitale de la Franc Maçonnerie, devrait être mieux respectée, en premier lieu par la presse.

  6. Marco F. - 6 octobre 2010

    Comme de nombreuses personnes, je vais cesser d'apporter mes contributions à ce site.Je suis fatigué par cette censure permanente et cet irrespect des internautes.Je vous invite à me lire désormais sur LyonMag.com, qui, quant'à lui n'est pas le repère de commentateurs aux 10 pseudos et qui fait la part belle au pluralisme.Marco Ferrari.

  7. jerome manin - 6 octobre 2010

    @Marco F. Vous pouvez ajouter à votre commentaire un 'Nananère !!!'

  8. arnaud l - 6 octobre 2010

    comme de nombreuses personnes... je m'en fichais de vos commentaires que je trouvais injurieux et sans fond, donc je ne vous regretterai pas!

  9. grenouille - 6 octobre 2010

    Moi aussi je m'en fichais de vos commentaires à deux balles, 'comme de nombreuses personnes'. Et en matière de pseudos, n'est pas Marco Ferreri qui veut ! Vous êtes assez loin de 'La grande bouffe' ou de 'Conte de la folie ordinaire'. Branchez-vous sur Biolay et bon vent !

  10. lyonnais - 6 octobre 2010

    Moi @grenouille, je préfère Liane Foly qui a une vraie voix d'artiste mais puisque vous parlez de Benjamin B, lui aurait été contre le projet de de mettre des bâtiments modermes accolé à l'édifice de Souffot. Vous n'êtes pas très branché à ce que l'on peut voir de vous.Comme le dit si bien Mgr Barbarin vous devrez, vous aussi revoir votre copie.

  11. Patrick - 6 octobre 2010

    @ arnaud l : je vous retourne l'argument : quand les Francs Maçons s'expriment publiquement, comme ils l'ont fait récemment pour demander le respect de la dignité humaine lors des expulsions de Roms, nul ne vient s'étonner de leur intervention.Pourtant, l''institution maçonnique' ne semble pas avoir plus de légitimité démocratique pour intervenir sur de tels sujets que n'en a l'Eglise.La séparation du Spirituel et du Temporel, bien antérieure à la séparation de l'Eglise et de l'Etat en France, n'empêche pas ces institutions que sont les Eglises, les Loges, les associations culturelles ou cultuelles, d'exprimer leurs opinions.Ainsi, il me semble que l'Eglise pluri-millénaire et ses millions de fidèles de France a toute légitimité pour s'exprimer sur un bâtiment remarquable surmonté d'une croix dont elle a été propriétaire, au service des plus démunis, pendant tant de siècles. L'Eglise n'est pas décideur. Mais elle accomplit sa massion en étant la gardienne de l'esprit de charité qui a toujours habité ce lieu.

  12. arnaud l - 6 octobre 2010

    l'institution maçonnique ne fait pas l'objet d'une loi, votée en 1905, spécifiant qu'elle n'a pas à se mêler du débat politique...c'est tout ce qu'il y a à dire sur le sujet.elle peut avoir autant de millions de fidèles qu'elle veut, l'église n'a pas à évoquer ce type de sujets, et Dieu sait pourtant que je suis d'accord avec Barbarin sur ce sujet, mais il n'a pas à s'exprimer publiquement dessus.

  13. grenouille - 6 octobre 2010

    @lyonnaisC'est vrai que je ne suis pas très 'branché' comme vous dites mais j'ai parlé de Biolay uniquement parce que 'Marco Ferreri' a mis un lien sous son commentaire, qui renvoie à un clip de l'artiste sur youtube. Sinon, j'aime bien Liane Foly, surtout les albums 'Entre nous' et 'Acoustique'.

  14. jerome manin - 6 octobre 2010

    C'est embêtant cette remise en cause des projets de l'Hôtel-Dieu, cela pourrait nous amener à repenser à Lyon capitale de la culture 2013, L'OL Land, le quartier Grolée ou Lyon Dubaï City.... Mais les lyonnais ont la mémoire courte...

  15. Collombitude - 6 octobre 2010

    A quand la séparation du foot fric et de l'état?

  16. enzo - 7 octobre 2010

    @collombitude: fais pas la tête, tu l'auras ton stade!

  17. Valois - 8 octobre 2010

    @ arnaud : Barbarin ne parle pas au nom de l'Eglise mais de lui même, en tant que représentant du Diocèse de Lyon. Et c'est une excellente chose en soi ! Personne n'a assez d'autorité dans cette ville pour ramener sur Terre M. Collomb sur certaines problématiques tant économiques que sociales. Personne, sauf peut être Monseigneur Barbarin. Alors vos discours sur la maçonnerie, vous savez... Surtout d'évoquer ce sujet en parlant de M. Collomb.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut