(Photo by JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)

Meurtre de Victorine : les zones d'ombre à éclaircir

Si Ludovic Bertin, le suspect mis en examen pour enlèvement, séquestration et meurtre, a avoué être à l'origine de la mort de Victorine Dartois, plusieurs questions restent sans réponses quant au déroulé des faits.

L'affaire qui tient toute la France en haleine depuis le 28 septembre, date à laquelle le corps sans vie de Victorine Dartois a été retrouvé près d'un ruisseau à Villefontaine, se rapproche de son dénouement.

Arrêté mardi à son domicile situé au quartier des Fougères, à proximité de celui de la famille Dartois, un homme de 25 ans, père d'un enfant de six mois et connu des services de police pour une dizaine de délits de droit commun, est depuis passé aux aveux.

Le suspect encourt la réclusion à perpétuité

Ludovic Bertin, l'auteur présumé du meurtre, dénoncé par un proche auquel il se serait confié, a affirmé aux enquêteurs être à l'origine du décès de l'étudiante en BTS de 18 ans. Lors d'une conférence de presse organisée à Grenoble jeudi, en fin d'après-midi, Boris Duffau, le procureur adjoint de la République de Grenoble l'a confirmé.

« Il a reconnu avoir croisé le chemin de Victorine alors qu’il pratiquait un footing. Une dispute aurait éclaté après une bousculade involontaire. Il a paniqué, puis lui a serré le cou. L’autopsie a révélé une mort par noyade, des marques sur le cou confirmant un acte d’étranglement. » Une fois les confessions faites, le suspect a été mis en examen par les trois juges d'instructions «  pour le fait de meurtre précédé d’une tentative de viol, détaille le procureur. Il encourt la réclusion à perpétuité. »

« Ludovic Bertin ne nous a pas tout dit »

Toujours selon Boris Duffau, l'individu aurait agi seul au moment des faits. C'est ce que révèlent les derniers éléments de l'enquête et «  il n'y a pas de raison d’en douter pour l’instant ». Pour autant, quelques zones d'ombre subsistent, à commencer par celles qui entourent le mobile du crime. Lors de son interrogatoire, Ludovic Bertin a affirmé être passé à l'acte après une altercation avec la jeune fille suite à une bousculade. Une version à laquelle la famille, représentée lors de ce point presse par l'avocate Kelly Monteiro, ne croît pas.

« Les éléments communiqués par le mis en examen sont peu satisfaisants, parcellaires et peu convaincants, explique-t-elle. Ce qui nous laisse très perplexe, c’est cette rencontre qui aurait mal tourné. Quand on connaît Victorine, on a du mal à croire qu’elle se soit emportée et qu’il y ait eu cette bousculade ayant mené à l’étranglement. La famille ne croit pas que Victorine ait pu s’emporter suite à cette bousculade. Ludovic Bertin ne nous a pas tout dit. »

Le mobile pose question

L'élément qui interroge particulièrement les enquêteurs concerne le pantalon de la victime, qui « a été retrouvé baissé à ses pieds », confie Boris Duffau. Pour quelles raisons était-il placé à cet endroit-là ? Est-ce une conséquence de l'altercation ? Le suspect l'a-t-il baissé une fois le crime commis ? Ou Ludovic Bertin a-t-il tenté de violer Victorine ?

Autant de questions qui restent pour l'heure sans réponses et que la justice va tenter d'élucider...

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut