L’hôtel de ville de Lyon, place de la Comédie © Eliot Lucas
© Eliot Lucas

Métropole de Lyon : après l'alliance Collomb / droite, quelle alliance à gauche ?

Séisme politique à Lyon. Gérard Collomb, le maire de Lyon, s'est allié à la droite en vue du 2e tour des municipales à Lyon et métropolitaines, le 28 juin prochain. Et à gauche ? Les écologistes, arrivés en tête à Lyon et dans la Métropole, discutent avec le PS, avec Nathalie Perrin-Gilbert et avec David Kimelfeld...

Séisme politique jeudi à Lyon. Gérard Collomb, le maire LREM de Lyon depuis 2001, historiquement socialiste, a conclu une alliance avec la liste de droite menée par François-Noël Buffet (LR) à la présidence de la Métropole de Lyon, en vue du 2e tour des municipales à Lyon et métropolitaines, le 28 juin prochain. Les réactions à cette alliance n'ont pas manqué, notamment chez les anciens compagnons de route de Gérard Collomb (lire ici).

Etienne Blanc (LR) s'est lui rangé derrière Yann Cucherat (LREM) pour l'élection à la mairie de Lyon. Mais ce vendredi, En Marche a retiré les investitures de Collomb et Cucherat.

Pour rappel, au 1er tour, à Lyon, Grégory Doucet (EELV) est arrivé en tête avec 28,46 %, devant Etienne Blanc (LR) 17,01 %, Yann Cucherat (LREM) 14,92 %, Georges Képénékian (LREM dissident), 11,98 %, Nathalie Perrin-Gilbert (soutenue par LFI) 10,06 %, Sandrine Runel (PS, PC, union de la gauche) 7,01 %, Agnès Marion (RN) 5,42 % et Denis Broliquer (Les Centristes)  4,15 %.

Une alliance écologistes - PS - Perrin-Gilbert ?

Et à gauche ? Les écologistes sont arrivés largement en tête à Lyon. Il sont aussi arrivés en tête à la Métropole. A Villeurbanne, la candidate Béatrice Vessiller, arrivée 2e, a noué une alliance avec le candidat soutenu par le PS, Cédric Van Styvendael, arrivé en tête. La gauche unie a rejoint Bruno Bernard, la tête de liste des écologistes, sur la circonscription métropolitaine.

Mais à Lyon et dans la Métropole, aucun accord n'a encore été annoncé. Ni avec le PS, ni avec Nathalie Perrin-Gilbert, la maire du 1er arrondissement de Lyon, soutenue par la France Insoumise.

"Ce qu’on veut, c’est un accord programmatique, un contrat de gouvernance pour une politique sociale et écologique. Une vision hégémonique n’est pas entendable aujourd’hui. Nous avons des valeurs, et pour les porter une juste place dans la majorité est essentielle", a twitté, vendredi soir, Sandrine Runel, la tête de liste PS à Lyon.

"Nous sommes en train de regarder la proposition politique, sur quoi nous sommes sûr d'aller ensemble. Une alliance ? Je l'espère mais pas à n'importe quelle condition. On ajoutera pas de la confusion, je veux de la clarté politique", a expliqué de son côté Nathalie Perrin Gilbert sur BFM Lyon vendredi. Sa liste a recueilli 10 % des voix au 1er tour.

Quid de David Kimelfeld ?

A la Métropole, les écologistes discutent aussi avec le dissident En Marche, David Kimelfeld, l'actuel président de la Métropole de Lyon, qui a fustigé l'alliance Collomb / LR.

Interrogé sur une alliance possible avec Kimelfeld, Bruno Bernard, tête de liste écolo à la Métropole, expliquait à Lyon Capitale vendredi : "nous avons toujours dit que nous voulions nous réunir dans un projet et dans la cohérence. En termes de projet, j’ai l’impression qu’il s’est rapproché de nous. Dans la cohérence, il a pris ses distances avec En marche. C’est donc à lui de faire ce qu’il souhaite. S’il est prêt à venir sur la base d’un projet, il peut venir. La cohérence, c’est de ne pas avoir de députés LREM dans l’alliance. D’un côté, on ne peut pas dire qu’on veut construire plus de logements sociaux et de l’autre avoir des gens qui soutiennent un gouvernement qui fait les poches des bailleurs sociaux".

Or, Thomas Rudigoz, Anne Brugnera ou Jean-Louis Touraine, tous députés LREM de Lyon, soutiennent la candidature de David Kimelfeld.

Les jeux sont ouverts.

Le suspense ne va pas durer longtemps puisque les candidats ont jusqu'au mardi 2 juin, 18h, pour déposer leurs listes pour le 2e tour des municipales et des métropolitaines à la Préfecture du Rhône.

Lire aussi : Accord Collomb / droite : séisme politique à Lyon, embarras chez En Marche, toutes les réactions

2 commentaires
  1. Abolition_de_la_monnaie - 30 mai 2020

    "...........Séisme................."

    " Ça m'en touche une sans faire bouger l'autre " comme disait Jacques Chirac le grand philosophe.

    😀

  2. Galapiat - 31 mai 2020

    Bien réfléchir avant de porter les Kmers verts aux décisions, aujourd'hui après avoir réussis outre Rhin, à fermer les centrales nucléaires , ils s'attaquent au charbon, c'est peu dire du fondement de leur théories. Demain, sans doute c'est corvée de ramassage de bois mort.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut