© La Ville à Vélo

Manifestation des cyclistes contre le réaménagement du cours Gambetta

Jeudi 26 avril au matin, près de 200 manifestants ont répondu à l’appel de l’association La Ville à Vélo, pour signifier leur mécontentement. En cause : le réaménagement du cours Gambetta, qu’ils considèrent comme accidentogène.

C’est sur le cours Gambetta que le rassemblement a eu lieu hier matin. À l’issue de la mobilisation, trois représentants de l’association de cyclistes La Ville à Vélo ont été reçus par le directeur adjoint du cabinet de la présidence de la métropole de Lyon et par le conseiller métropolitain délégué aux modes actifs, Pierre Hémon.

Ce rendez-vous de 45 minutes a abouti à certains engagements de la part de la métropole, comme l’accroissement de la verbalisation du stationnement sur la bande cyclable, l’amélioration des itinéraires des cyclistes par le réaménagement des pistes, ou encore la réduction de la vitesse des véhicules motorisés sur la route pendant les travaux.

Une rencontre favorable

La Ville à Vélo s’est déclarée favorable à ces dispositions, mais les considère toujours insuffisantes quant à la réduction des risques d’accidents auxquels sont exposés les cyclistes sur ce cours, dont le réaménagement devrait durer de 20 à 22 mois. “Globalement, la métropole a fait preuve d’un grand sens de l’écoute, que nous saluons, a déclaré Fabien Bagnon, coprésident de l’association. Malgré tout, nous espérons qu’ils modifieront vite les aménagements prévus, qui sont potentiellement dangereux pour les cyclistes. Il faudra prendre des mesures pour garantir leur sécurité, le risque d’accident devenant plus élevé avec ces travaux.”

L’association a donc réitéré sa demande initiale de modification de l’aménagement du cours Gambetta, exigeant qu’elle soit prise en compte dans les plus brefs délais. La métropole, ayant tenu compte de cette réclamation, s’est engagée à remédier au problème. Le 15 mai prochain, la Ville a Vélo pourra débattre du projet avec le président de la métropole, David Kimelfeld, qui recevra les coprésidents de l’association lyonnaise.

à lire également
Le projet qui allie logement, économie sociale et solidaire et culture sur la zone de l'ancien IUFM va être financé à hauteur de 5 millions d'euros par la Commission européenne.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut