Sydney Dance Company @ PedroGreig

Maison de la danse : une saison 2021- 2022 flamboyante !

La Maison de la danse tourne le dos au repli des corps et nous offre une explosion de danses avec une programmation audacieuse, sophistiquée et populaire.

La saison 2021- 2022 de la Maison de la danse conçue par sa directrice Dominique Hervieu aura de quoi embellir nos soirées de passionnés frustrés. Avec en filigrane le thème de l’amour, la programmation ressemble à un corps qui se déploie, se remet à respirer et prend son envol vers un art prêt à remplir nos âmes.

39 compagnies nationales et internationales sont à découvrir et le choix s’annonce difficile car cela vibre de partout avec des artistes de grande qualité qu’ils soient connus ou moins connus.

Lovetrain2020, d’Emanuel Gat

Lovetrain2020 la pièce d’Emanuel Gat reflète ce que nous allons vivre durant cette saison. Conçue pendant le premier confinement, elle est une comédie musicale détonante qui croise une danse joyeuse à l’écriture raffinée avec des costumes baroques et l’univers pop rock des Tears For Fears, groupe mythique des années 80. Gat nous invite à prendre le train de l’amour ! Avec un foisonnement de styles différents et d’énergies fulgurantes, la danse reprend toute sa place. Elle sera hip-hop, indienne, flamenca, néo-classique, contemporaine, performance, expérimentale, en transe, circassienne, livrant du plaisir pur, une exploration sur l’essence du mouvement, des réflexions sur nos relations aux autres et à la nature avec aussi de fortes doses de séduction, d’érotisme et de folie.

Un foisonnement d’esthétiques et de danses

Amala Dianor, Point Zero © Romain Tissot

On citera Amala Dianor qui dans Point Zéro retrouve deux complices autour d’une confrontation hip-hop jubilatoire, le grand William Forsythe avec une pièce qui relie danse urbaine et néo-classique sans oublier Umwelt, chef-d’œuvre de Maguy Marin.

Mourad Merzouki nous embarquera dans un corps à corps somptueux avec le vent tandis que le chorégraphe marocain Fouad Boussouf nous plongera dans une transe assourdissante.

Sydney Dance Company @ PedroGreig

À découvrir, la sensualité hypnotique de la Sydney Dance Company pour la première fois à Lyon et la folie surréaliste des circassiens du Galactik Ensemble qui se mesurent à un décor en perpétuel mouvement. Le « Festival sens dessus dessous » sera un cru exceptionnel avec des artistes engagés qui traitent de sujets sociétaux à travers la chair de la danse, ainsi Youness Aboulakoul (Maroc) aborde la violence provoquée par les frontières et Adi Boutrous (Israël) remet en cause les codes de la virilité autour d’un magnifique quartet masculin…

Galactik Ensemble © Romain Tissot

En attendant de vous dévoiler tous les spectacles dans notre supplément culture de septembre, cette programmation est sur le site de la Maison de la danse - www.maisondeladanse.com.


Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut