Métro TCL sytral © Tim Douet
Métro TCL © Tim Douet

Lyon : que faire face à des violences sexuelles sur le réseau TCL ?

Certains passagers des bus, trams ou métros de Lyon sont parfois confrontés à des violences sexuelles sur le réseau, qu'ils soient témoins ou victimes. Comment réagir lorsque cela arrive ?

"Face au harcèlement sexiste - Tout le réseau fait bloc", c'est le nom de la nouvelle campagne lancée par le Sytral pour lutter contre les violences sexuelles dans le réseau métro. Elle s'accompagne d'un guide distribué en station, qui peut être téléchargé en ligne (voir ici), ainsi que d'un espace dédié sur le site TCL.fr intitulé "Signalement sécurité". Cette page livre des conseils si l'on est victime ou témoin et permet de signaler tout incident, incivilité et harcèlement sexiste sur le réseau. Par ailleurs, le Sytral a lancé une expérimentation sur l'arrêt à la demande sur certains bus, permettant de descendre entre deux stations (lire ici)

Que faire lorsqu'on est témoin d'une agression ?

Même si certains seraient tentés de se prendre pour Batman, de manière générale, les forces de l'ordre déconseillent d'intervenir de manière musclée, pour la sécurité de la victime, comme des témoins.

L'une des méthodes les plus appropriées pour interrompre un harcèlement ou une agression sexuelle, lorsqu'on est témoin, reste d'interpeller la victime comme si on la connaissait. Un prénom lancé au hasard, des généralités du genre "Ta famille se porte bien ?" ou "tu Travailles où maintenant ?", suffit parfois à déstabiliser l'agresseur et offrir une porte de sortie à sa victime. Si cela ne suffit pas, adressez-vous directement à l'agresseur, lui demander d'arrêter sur un ton ferme, sans violence, en verbalisant clairement ce qui est en train d'arriver pour être entendu par les autres passagers et demander que cela cesse. Si possible, les témoins peuvent également faire barrage entre l'agresseur et sa victime, là encore sans violence, simplement pour les isoler.

La victime peut sembler tétanisée, comme ailleurs, ce qui ne doit pas décourager les témoins d'intervenir. Ce n'est pas parce qu'elle ne se manifeste pas, que tout va bien. Il peut être nécessaire de prévenir les agents TCL comme le conducteur du bus, ou d'actionner l'appel aux bornes d'urgence si elles sont à proximité, le PC sécurité fonctionnant 24 h / 24, ou de composer le 17.

Après l'agression ou le harcèlement, il est impératif d'informer la victime qu'elle peut porter plainte, de lui proposer d'apporter son témoignage et de s'assurer qu'elle est bien en sécurité. Le réseau dispose de 7 500 caméras, ce qui peut permettre de retrouver les agresseurs, mais aussi de protéger d'autres potentielles victimes s'ils s'enfuient via une autre ligne. Si la victime est en cas d'état de choc ou blessée, il est impératif de contacter le 15 ou le 18. Dans tous les cas, ne laissez jamais une victime seule sans être sûr que tout va bien.

Le plus grand complice des agresseurs reste l'inaction et les regards que l'on détourne, mais il suffit parfois d'un simple mot pour que tout s'arrête.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut