Lyon-Ouaga : "pas de paternalisme"

Il s'agissait autrefois de simples jumelages traditionnels et depuis les années 1980, la coopération décentralisée a été mise en place, s'appuyant sur l'idée que de grands défis sont à relever dans les villes du monde. Il ne s'agit pas d'assistanat. Si Gérard Collomb et la délégation lyonnaise sont reçues avec beaucoup d'égards à Ouaga, ce n'est surtout pas du paternalisme. On aide la communauté à prendre en charge elle-même son développement, et mon boulot est de mobiliser les services techniques, dans ce sens. Au départ, il s'agissait seulement de don de matériel. Ce n'est pas suffisant, bien qu'obligatoire. La Ville de Lyon apporte donc surtout une expertise, non pas parce qu'on en sait plus que les Burkinabés, mais parce que notre expérience de la décentralisation est plus ancienne. Et, il ne faut pas se voiler la face, parce qu'on a aussi plus de moyens.

Pourquoi les Villes s'engagent-elles dans des opérations de coopération, alors que des aides de l'Etat et des ONG sont aussi sur place ?
Ce sont bien les Villes qui ont les compétences des services comme l'accès à l'eau potable, les déchets, c'est pourquoi elles sont toutes indiquées pour agir. Et quand on parle de ces domaines, on touche évidemment à la question fondamentale de la santé publique. La Ville a donc sa place dans l'aide publique au développement global. Nous appuyons la maîtrise d'ouvrage, l'organisation des services municipaux. Au départ, on a donné des bennes tasseuses à la ville de Ouaga, et en réalité c'est une véritable direction d'assainissement qui a été créée au sein de la mairie. Le critère de la proximité fonde aussi la pertinence d'une coopération entre villes. On peut travailler sans mal avec un souci de traçabilité de l'aide, il n'est pas possible que l'argent soit détourné -bien qu'entre Lyon et Ouaga, il s'agisse surtout de transferts de compétences.

Buget consacré à la coopération avec Ouagadougou (2007-2009) :

Grand Lyon : 120 000 euros (sur 3 ans)

Ville de Lyon : 47 400 euros (sur 3 ans)

Lire aussi : Gérard, africain lien

à lire également
David Kimelfeld en meeting à Lyon © Antoine Merlet
Ce mercredi soir, David Kimelfeld tenait son premier meeting officiel en tant que candidat à la présidence de la métropole. Trois jours après le choix de La République en Marche d'investir Gérard Collomb, l'actuel président de la métropole a apporté la preuve que sa dynamique n'était en rien émoussée. Il a réuni autour de lui près de 1 000 personnes.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut