Rectorat de Lyon. Google Maps.

Lyon : les étudiants se sont mobilisés pour leurs conditions de vie et d'études ce jeudi

Les étudiants ont manifesté à Lyon ce jeudi à l’appel d’une large intersyndicale pour défendre leurs conditions de vies et d’études.

À Lyon et dans plusieurs villes d’Auvergne-Rhône-Alpes, les étudiants ont décidé de manifester avec un jour de décalage par rapport à leurs camarades, ailleurs en France. Ils demandent des cours en présentiels, une revalorisation des APL et des bourses et le recrutement de psychologues, d’assistantes sociales et du personnel médical.

Un large front intersyndical

Le mouvement a été organisé au niveau de la région par de nombreuses organisations étudiantes, Echarde, Génération Covid, Unef, Idexit, OSE-CGT, UEG, MDSE Auvergne, Solidaires étudiantes.

Dans la capitale des gaules, la manifestation s’est déroulée dans le calme d’après Actu Lyon. Parti de la manufacture des Tabacs, dans le 8e arrondissement, vers 12h40, le cortège a fait un arrêt devant le siège du Crous. Ils ont, notamment, scandé "la précarité tue". Pour rappel, deux étudiants ont récemment fait des tentatives de suicide à Lyon.

Entre 2000 et 700 manifestants

La manifestation est arrivée vers 14h10 à destination, devant le Rectorat de l’académie de Lyon, dans le 7e arrondissement. La foule s’est ensuite progressivement dispersée. Sur les réseaux sociaux, les organisateurs de la mobilisation revendiquent 2000 personnes dans la rue, la police évoque plutôt le chiffre de 700 manifestants.

En marge du mouvement en Auvergne-Rhône-Alpes, Emmanuel Macron a souhaité, lors d’une rencontre à l’université Paris-Saclay, le retour des étudiants en présentiel un jour par semaine. Il a annoncé la création d'un "chèque psy" à partir du 1er février pour permettre aux étudiants de consulter. Enfin, pour lutter contre la précarité, il a également annoncé deux repas par jours à un euro dans les restos U d’ici fin janvier, même pour les non boursiers et étudiants internationaux.

Faire défiler vers le haut