Vaccin
© Tim Douet

Lyon : le vaccin contre la grippe en rupture de stock

Les réserves en vaccins contre la grippe sont presque épuisées dans les pharmacies du Rhône. La raison : une simplification de l’accès à cette injection cette année.

La campagne de vaccination contre la grippe a commencé le 6 octobre. Cette année, les autorités sanitaires ont élargi la cible de cette campagne à 12 millions de personnes en France : les 65 ans et plus, les patients atteints de certaines maladies chroniques, les femmes enceintes et les personnes souffrant d’obésité morbide. Pour la deuxième année consécutive, la région Auvergne-Rhône-Alpes expérimente également la vaccination en pharmacie. Deux facteurs qui, aujourd’hui, se répercutent sur la quantité de vaccins disponibles : à quelques exceptions près, les pharmacies du Rhône sont en rupture de stock. "D’habitude, on peut avoir des réserves supplémentaires chez les grossistes de la région, mais ils sont aussi en rupture, réagit Véronique Nouri, présidente du syndicat des pharmaciens du Rhône. La rupture de stock intervient plus tôt et est plus importante que l’année dernière". Dans le sixième arrondissement de Lyon, un pharmacien nous explique qu’il n’a plus de vaccins depuis une dizaine de jours. "On a vacciné plus que l’année dernière. Du coup, on n’a pas pu vacciner certaines personnes."

Un succès inattendu

Les pharmaciens passent leurs commandes de vaccins antigrippaux d’une année sur l’autre. Ainsi, ils pensent déjà aux stocks pour l’année 2019, et n’avaient pas anticipé la forte demande pour cet hiver 2018. "On rencontre un succès qui n’était pas attendu, confirme Véronique Nouri. La possibilité de vaccination en pharmacie permet de toucher des personnes qui n’auraient jamais fait la démarche." Fort de cette expérience, ils savent qu’il faudra prévoir plus large pour la saison prochaine. Reste à savoir si cette rupture impactera le nombre de cas grippaux. Pour l’instant, la région Auvergne-Rhône-Alpes est bien loin du seuil d’épidémie, selon les projections de l’Irsan (institut de recherche pour la valorisation des données de santé). L’année dernière, la grippe avait causé 13 000 décès en France.


Les infirmiers libéraux en colère

La vaccination contre la grippe oppose les pharmaciens et infirmiers libéraux. Ces derniers s’estiment lésés par la possibilité accordée aux premiers de réaliser eux-mêmes les injections. "Nous sommes complètement impactés par cette décision, souligne Marie-Christine Réa, présidente de l’antenne du Rhône du Syndicat national des infirmières et infirmiers libéraux. En tant qu’infirmiers libéraux, nous avons réalisé beaucoup moins de vaccinations cette année. Après, il faut attendre les chiffres en mars pour savoir si cette décision a permis une meilleure couverture vaccinale… l’année dernière, ça n’avait pas été le cas."


 

à lire également
Détail d’un dessin de Kanellos Cob pour Lyon Capitale
Dans la liste des ingrédients du succès du modèle lyonnais, l’apport européen est rarement mis en avant. Il va pourtant de pair avec la dynamique économique et culturelle de Lyon. Dans la culture, avec Arty Farty, comme sur le plan institutionnel, Lyon tente de développer son propre réseau européen : celui des capitales économiques à défaut d’être des capitales nationales.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut